Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il s’est aligné sur la proposition de Gaïd Salah

Sidi-Saïd lâche Bouteflika

Les défections se font de plus en plus nombreuses parmi les partisans de Bouteflika, y compris dans les rangs des soutiens les plus zélés.
Après le chef d'état-major de l'armée et vice-ministre de la Défense, le général Ahmed Gaïd Salah, qui demande l’application de l’article 102 de la Constitution, et du RND qui recommande la démission du Président, c’est au tour de l’UGTA d’acter son lâchage en soutenant la demande du chef de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, pour l’application de l’article 102 de la Constitution. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelmadjid Sidi-Saïd, l’UGTA opte clairement pour la solution proposée par Gaïd Salah. Il est ainsi écrit dans le communiqué que “l’UGTA salue et prend acte de l’appel du général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, à l’application de l’article 102 de la Constitution, constituant le cadre légal à même de surmonter la crise politique à laquelle est aujourd’hui confronté notre pays”. L’UGTA a rappelé que “le changement est devenu nécessaire, comme il est évident qu’il doit se construire à travers un dialogue empreint de sagesse, permettant de faire émerger l’édification d’une nouvelle République, avec les aspirations de notre peuple et de sa jeunesse, et d’asseoir sereinement l’avenir et de préserver notre pays, l’Algérie”.
Se sachant dans le viseur des contestataires, Abdelmadjid Sidi-Saïd tente de surfer sur la vague en écrivant : “L’UGTA ne peut demeurer indifférente à l’immensité populaire de l’appel au changement à travers le territoire national.” Et de saluer au passage “la maturité exemplaire et pacifique qui a jalonné les manifestations et particulièrement celle de notre extraordinaire jeunesse”.
Il y a encore quelques semaines, Abdelmadjid Sidi-Saïd s’était pourtant fait l’un des plus fervents défenseurs d’un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, estimant qu’il avait encore “beaucoup à donner à l’Algérie”.
Aujourd’hui, le vent a tourné et Abdelmadjid Sidi-Saïd tente de s’adapter à la nouvelle donne. Reste que le secrétaire général de la Centrale syndicale est en retard d’une guerre.
Les travailleurs notamment ceux affiliés à l’UGTA, hommes et femmes, ne l’ont pas attendu pour s’inscrire dans la dynamique du mouvement populaire qui a débuté le 22 février dernier.
Mieux encore, les travailleurs affiliés à l’UGTA, en plus des slogans emblématiques du mouvement populaire, ont scandé “Sidi-Saïd dégage”. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER