Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Corps communs et ouvriers professionnels de l’éducation

Sit-in devant l’académie de Béjaïa

Ils  étaient des dizaines de travailleurs de l’éducation, affiliés au Syndicat national des corps communs et des ouvriers professionnels de l’éducation nationale (SNCCOPEN), à observer, hier, une journée de grève, appuyée d’un rassemblement devant le siège de l’académie de la wilaya de Béjaïa. Subitement, ils ont décidé sur le coup de gagner l’enceinte du siège de l’académie pour tenir leur rassemblement de protestation sous une pluie battante. Sur les lieux les responsables du bureau de wilaya du SNCCOPEN ont organisé une prise de parole pour réitérer leurs revendications socioprofessionnelles. Ces deux catégories de travailleurs de l’éducation sont revenues, ont soutenu les syndicalistes durant leur intervention, à la charge pour exiger de la Direction d’éducation la satisfaction de leurs revendications au nombre de sept. Ils réclament en effet “l'application des PV signés entre leur syndicat et la DE, la régularisation de la situation financière des 159 ouvriers professionnels et les nouveaux OP, l'affichage des listes des admis au concours de cette année, l'élaboration de la carte administrative, le mouvement de ces deux catégories, l’ouverture d'une enquête au CEM de Timezrit sur le conflit qui oppose les travailleurs au directeur…” Il s'agit pour rappel, des revendications que mis en avant ledit syndicat depuis plusieurs mois. Lors de ce rassemblement dans l’enceinte même de l’académie de Béjaïa, les syndicalistes ont menacé néanmoins de recourir à “une grève illimitée et à la fermeture du siège de l’académie” si leurs revendications ne sont pas satisfaites dans les meilleurs délais. Après avoir formulé cette mise en garde, ils ont invité les protestataires, venus en nombre, à se disperser dans le calme.

L. OUBIRA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER