Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Ils réclament la reprise du dialogue

Sit-in hier des médecins résidents devant le ministère de la Santé

Les médecins résidents ont renoué avec la protestation en organisant, hier, un sit-in devant le ministère de la Santé, deux mois après avoir repris les services de garde qu’ils ont boycottés durant huit mois. Lors de leur action de protestation, les médecins résidents, qui étaient peu nombreux, soit une dizaine d’après les organisateurs, voulaient, par leur action, rappeler aux ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur leur promesse quant à la reprise du dialogue autour des points restés en suspens de leur plateforme de revendications. Selon un représentant du Camra (Collectif autonome des médecins résidents), les protestataires réclamaient d’abord l’application du procès-verbal signé en avril, qui était conditionné par l’arrêt de la grève. Or, dit-il, “on a tenu parole et gelé la grève depuis plus de deux mois, suite aux promesses des ministres de reprendre le dialogue. Mais cela fait plus de deux mois et demi qu’on n’a tenu aucune réunion, et qu’on n’a pas été contactés par les deux ministères”. Les médecins résidents ont soulevé également le problème de résidents exclus ainsi que le problème de la validation de l’année, au sujet desquels “les ministères ont laissé l’appréciation de l’année au libre arbitre des chefs de service. Or, on se retrouve avec deux personnes qui ont fait grève pendant six mois. Un dont l’année est validée et l’autre invalidée”, a indiqué notre interlocuteur. Selon lui, cela montre que “la tutelle n’a pas pris de décision uniforme, car si tel était le cas on aurait eu une décision unique”. À cela s’ajoute la demande d’organiser des sessions de rattrapage au profit de ces “Demsistes” dont “presque 60% ont été recalés”, pour qu’ils aillent combler les besoins très importants du pays comme assistants dans les zones isolées. Le Camra revendique aussi au ministère une décision uniforme au sujet des salaires gelés ou ponctionnés lors de la grève, en rappelant que “certains hôpitaux seulement ont débloqué les salaires des résidents et fait des rappels des salaires pour les mois de grève. Chaque directeur d’hôpital l’applique comme il veut”. Pour le Camra, “le dialogue doit reprendre, d’une manière ou d’une autre, pour essayer de trouver des solutions qui existent et que rencontrent les médecins résidents et “Demsistes” à chaque fois”. Dans ce sillage, notre source a indiqué que, lors du rassemblement tenu hier, “le chargé du protocole du ministre de la Santé a dit à quelques représentants qu’on allait être reçus par le ministre et par l’inspecteur général du ministère, mais après quelque temps il a changé d’avis pour nous dire que l’inspecteur général était sorti et qu’ils ne pouvaient pas être reçus, sans nous donner une date fixe du moment où nous allons être reçus”. Le département de Hasbellaoui que nous avons sollicité n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Amar R.
amar.rafa@liberte-algerie.com
 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER