Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le ministre de l’Énergie à propos du renouvelable

Son essor passe par l’émergence d’une industrie locale

Le ministre de l’Énergie, Mustapha Guitouni, présent hier à Oran, en compagnie de sa collègue de l’Environnement, pour l’inauguration de la 8e édition du Salon des énergies renouvelables, des énergies propres et du développement durable (ERA), s’est voulu rassurant et volontaire vis-à vis des nombreux acteurs et chercheurs dans le domaine des énergies renouvelables et propres. Dans son discours inaugural, Mustapha Guitouni réitèrera devant tous les présents, exposants et industriels nationaux et étrangers, “l’engagement du gouvernement à continuer à faire du renouvelable une priorité nationale”.
Mais alors que de nombreux exposants et autres investisseurs se plaignent de l’absence d’une politique claire pour appuyer les projets dans les énergies renouvelables, réclamant de nouveaux tarifs douaniers pour les intrants des panneaux solaires et une diminution du taux d’imposition, le ministre, en rappelant le programme national de développement des énergies renouvelables, dira qu’en effet, il faut  “mettre en place une véritable activité économique orientée vers ces énergies grâce à l’industrie locale”. Il ajoutera que pour créer de la valeur, de la richesse, “il est indispensable de s’approprier toute la chaîne de fabrication des équipements de conversion parce qu’il n’est pas question d’installer du renouvelable en recourant aux importations”. Une question et un constat présents partout dans le Salon alors même que les exposants ont entendu le ministre de l’Énergie préciser que “le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique doit s’appuyer sur un volet industriel national de manière graduelle”.
Néanmoins, le ministre restera sur une note rassurante, lorsqu’il dira que la crise financière “qui sera surmontée ne doit pas nous amener à revoir à la baisse les objectifs puisqu’il serait regrettable de s’assigner des objectifs revus à la baisse dans un domaine aussi stratégique, et qui a trait à l’avenir de notre pays”. Cela par contre devra forcément s’accompagner de politiques et des engagements de tout un chacun, pour réduire le gaspillage d’énergie qui ne peut continuer, insistera l’orateur, et d’aller aussi et surtout vers une “politique d’efficacité énergétique”.
La ministre de l’Environnement, qui prendra à son tour la parole, dira, pour sa part, que “la notion d’économie verte est récente dans notre pays et reste méconnue chez l’investisseur et le citoyen”. Pour elle, le gouvernement agit et appuie à diversifier l’économie nationale par le biais aussi des emplois verts.
Dans l’après-midi, Mustapha Guitouni devait rencontrer les cadres de Sonatrach Aval, prononcer un discours, puis effectuer une visite à la zone industrielle d’Arzew.


D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER