Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Sous-traitance dans le secteur des hydrocarbures

Sonatrach présente le mode d’emploi

Au terme de deux jours de débats, Sonatrach a fourni un mode d’emploi sur la façon dont devrait fonctionner l’initiative qu’elle s’est engagée à prendre en matière de sous-traitance dans le secteur pétrolier. Il a été ainsi question que toutes les entreprises souhaitant prendre pied sur le marché de la sous-traitance soient évaluées techniquement, qualitativement et du point de vue organisationnel. Sonatrach semble avoir changé de stratégie, prévoyant une certaine souplesse dans la sous-traitance, y compris au plan réglementaire. Du reste, une nouvelle procédure de passation des marchés devant permettre au groupe Sonatrach d’intégrer pleinement la promotion du contenu local dans ses projets sera incessamment opérationnelle. Si, par exemple, un fournisseur local dispose de l’exclusivité d’un bon produit, Sonatrach pourra se fournir auprès de lui de gré à gré. Elle doit toutefois veiller aux impératifs d’efficacité et de performance des entreprises locales dans des domaines aussi importants que la construction d’infrastructures et d’ouvrages, les canalisations entre autres. Sonatrach a en fait établi les critères applicables à la conception et à l’exécution de contrats de sous-traitance dans les mois et les années à venir, insistant sur la livraison, dans les délais requis, de ses commandes d’équipements ou de réalisation d’installation. La priorité au respect des délais de livraison a, jusqu’ici, fait que, parfois, le choix s’est porté sur de fournisseurs étrangers au détriment des opérateurs nationaux que Sonatrach vise pourtant à avoir pour partenaires. Aussi les entrepreneurs locaux sont-ils appelés à fournir plus d’efforts dans le sens du développement de leurs offres et leur efficacité et à présenter de “bonnes” offres techniques. Mais ce dont sont sûrs de nombreux panélistes présents à la réunion, c’est qu’il existe des sociétés nationales en mesure de relever le défi sur le marché de la sous-traitance. S’exprimant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, le vice-président par intérim de l’activité commerciale à Sonatrach, Ahmed Mazighi, a évoqué cela en expliquant qu’il y a des pépites, des entreprises qui sont capables de façonner des pièces de rechange et d’exécuter des commandes sur mesure. La compagnie nationale des hydrocarbures, a-t-il ajouté, va s’ouvrir à ces entreprises et les encourager à travailler avec elle. M. Mazighi a souligné que nos entreprises ne possèdent cependant pas une bonne maîtrise de l’ingénierie dans le secteur pétrolier. Aussi, a-t-il ajouté, Sonatrach va continuer à faire appel à l’expertise étrangère dans ce domaine. Il a été, par ailleurs, préconisé la nécessité de faire changer les comportements au sein de la compagnie nationale et de renforcer la communication entre elle et les entreprises intéressées par la sous-traitance. Il a été également proposé de mettre en place une organisation en mode groupement d’entreprises et montage de sociétés mixtes, ainsi que de faire aboutir des projets de développement par métiers ou par segments. Il a été aussi recommandé que Sonatrach fasse en sorte qu’elle règle les factures des fournisseurs dans des délais raisonnables pour ne pas “étouffer financièrement” les opérateurs nationaux.

Youcef Salami


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER