Scroll To Top

A la une / Actualité

AFIN DE RESTAURER LA CONFIANCE

Sonatrach se dote d’un code d’éthique D. R.

© D. R.

Sonatrach vient  d’adopter “un nouveau code  d’éthique régissant la conduite de ses dirigeants, de ses employés et de ses parties  prenantes, le but étant de restaurer la confiance envers ses partenaires et de renforcer sa crédibilité et sa notoriété”.

La Compagnie nationale des hydrocarbures a installé “un comité d’éthique” pour sa mise en œuvre (mise en œuvre de ce code). De même, elle a mis en place “un dispositif d’alerte permettant de recueillir, en toute confidentialité, les signalements des comportements qui s’écartent de ce nouveau code d’éthique”.

Dans  une  déclaration  faite  à  l’occasion  de  la  signature  de  ce  code  de conduite, le P-DG de Sonatrach a souligné qu’il s’agit là “d’un document de référence sur lequel on doit s’appuyer pour l’élaboration d’actions et la prise de décisions”, précisant que ce code “ne peut, toutefois, couvrir toutes les situations auxquelles nous pouvons être confrontés au quotidien, en tant que dirigeants ou collaborateurs”.

Et de recommander qu’à chaque fois que nous serons appelés à prendre une décision, nous devrons “en contrôler la conformité à la loi, à l’éthique et à nos procédures”, tout en ajoutant que “la Compagnie nationale s’engage, à travers ce nouveau code, à conduire ses activités avec intégrité, transparence, équité et excellence. Cela devrait lui permettre d’accomplir sa mission au service du développement et de la prospérité du pays. Chacun de nous est appelé à incarner ces valeurs et à les promouvoir auprès de nos partenaires et de toutes les autres parties prenantes et ce, partout où Sonatrach est présente”.

Hakkar a, également, appelé “tous les employés, cocontractants et toutes les parties intéressées à ne pas hésiter à signaler tout manquement à l’éthique qu’ils auraient constaté, aux responsables de Sonatrach ou, le cas échéant, au comité d’éthique via le dispositif d’alerte mis en place”.

De son côté, le président du comité d’éthique, Hamani Zoubir, a affirmé que “les principes et les valeurs énoncés dans le nouveau code visent à améliorer la qualité du climat social et à renforcer le sentiment d’appartenance”.

Le nouveau code contribue aussi à “promouvoir une culture de transparence et un climat de confiance permettant de prévenir et de sanctionner les actes illicites et les abus commis au détriment de l’intérêt général, de l’intégrité, de la réputation et de l’image de marque de Sonatrach”.

À l’occasion du paraphe de ce nouveau code, Sonatrach a présenté “une feuille de route portant sur l’implémentation des deux normes NA ISO 37001 et NA ISO 26000, relatives respectivement au management anti-corruption et aux responsabilités sociétales”. Il est utile de rappeler que Sonatrach a été ébranlée, ces dernières années, par de nombreux scandales de corruption.

Des enquêtes judiciaires portant sur des faits de corruption avaient conduit à des arrestations, à des poursuites et à des condamnations. Aux dires des experts, le fléau de la corruption représentait l’une des menaces les plus graves pour la stabilité de la Compagnie nationale des hydrocarbures. Celle-ci, tétanisée, semble avoir du mal à s’en remettre et à se mettre sur les rails. 
 

Youcef SALAMI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER