Scroll To Top

A la une / Actualité

énergies renouvelables

Sonelgaz, un acteur incontournable


C’est finalement Sonelgaz qui sera chargée “d’acheter” l’énergie électrique produite par des installations utilisant exclusivement des sources d’énergie renouvelables et de la revendre au consommateur final. Le cadre législatif, qui sous-tend cela, est en cours de finalisation. 
C’est ce qu’a expliqué Mourad Chikhi, directeur de l’autoconsommation et du développement des énergies renouvelables au ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, lors d’une journée d’étude organisée, hier, par le Cluster “énergie solaire”, au siège de l’Unité de développement des équipements solaires, à Bou Ismaïl, dans la wilaya de Tipasa. Sonelgaz gardera ainsi le monopole sur le réseau électrique (transport électrique). Dans son premier rapport sur la transition énergétique en Algérie, rendu public il y a quelques semaines, le Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (Cerefe) a mis en relief le fait que la “centralisation excessive de la gestion du réseau électrique national a plombé toute ouverture vers son environnement extérieur, notamment dans les domaines liés à la production, au transport et à la distribution”. 
Ce réseau soumis au monopole public est géré par Sonelgaz. Selon le rapport, Sonelgaz “est censée être, au-delà de son rôle central, une locomotive quant à la dissémination d’un savoir technique, technologique et organique de pointe, utile non seulement à son propre développement, mais aussi à tout le pays”. Mourad Chikhi a, par ailleurs, indiqué que le processus de création d’une société chargée de la mise en œuvre du programme national des énergies renouvelables est presque achevé. Elle a été constituée sous forme de “société par actions détenues par Sonatrach et Sonelgaz”, a-t-il révélé. Elle se fixe pour objectifs d’acquérir des terrains destinés aux projets des énergies renouvelables, de réaliser des études de faisabilité et d'impact, d’établir des mécanismes de financement, de coordonner les actions entre les différents acteurs concernés par les projets du renouvelable… 
Dans son intervention devant les participants à cette journée d’étude, le ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, Chems Eddine Chitour, a insisté sur le fait que le pays doit “sortir des énergies fossiles, qu’il faut investir dans des énergies d’avenir”, ajoutant que “les fossiles ne le seront pas”. 

Youcef Salami


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER