Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Un octogénaire admis À EL-KETTAR

Suspicion d’un nouveau cas de choléra à Alger

Un nouveau cas de choléra qui bat en brèche les déclarations du ministre de la Santé. ©Archives/Liberté

Le patient a été transféré, hier matin, à l’hôpital spécialisé en maladies infectieuses de la capitale, l’EPH d’El-Kettar en l’occurrence, où il devait subir d’autres examens devant infirmer ou confirmer la contamination par le vibrion cholérique.

Au lendemain des assurances exprimées par le ministère de la Santé quant à l’élimination du vibrion cholérique dans la wilaya de Blida, une nouvelle alerte a été déclenchée, hier à Alger, suite à la découverte de ce qui pourrait être l’indice d’existence d’un nouveau foyer de choléra. En effet, une personne présentant les premiers symptômes de la pathologie a été signalée aux services compétents par les responsables de l’hôpital d’Aïn Taya, à l’est de la capitale.
Selon des sources de la Direction de la santé de la wilaya d’Alger, il s’agit d’un octogénaire natif de la commune éponyme qui a été évacué vendredi en urgence vers l’EPH d’Aïn Taya, en raison de la persistance des signes symptomatiques liés à la maladie diarrhéique qui a déjà fait deux morts. Après avoir été placé sous haute observation médicale, le patient a été transféré, hier matin, à l’hôpital des maladies infectieuses de la capitale, l’EPH d’El-Kettar en l’occurrence, où il devait subir d’autres examens devant infirmer ou confirmer la contamination par le vibrion cholérique. “Pour le moment, on ne peut pas confirmer ce cas de choléra pour déclarer l’apparition d’un nouveau foyer. Par mesure de prévention, après avoir passé une nuit à l’EPH d’Aïn Taya, les autorités sanitaires locales ont décidé d’évacuer l’octogénaire vers l’établissement des maladies infectieuses d’El-Kettar pour approfondir les examens d’exploration de ce cas. Il est prévu à cet effet d’effectuer des prélèvements sur le patient. Lesquels prélèvements seront acheminés vers les laboratoires de l’Institut Pasteur. Pour nous, tant que les résultats ne sont pas déclarés positifs, ce cas reste suspect. Il n’y a pas lieu de s’alarmer et d’alarmer la population, puisque les manifestations cliniques identifiées ressemblent à celles des patients qui souffrent d’intoxication alimentaire, diarrhée et vomissements”, précisera notre source à la DSP d’Alger, jointe hier par téléphone. Une autre source hospitalière de l’EPH a confirmé qu’“une personne âgée de 84 ans a été admise vendredi au service de médecine interne où elle a été placée en observation accrue, avant de la transférer vers El-Kettar”. Si le foyer de contamination par le choléra à Aïn Taya n’est pas officiellement confirmé, la population de cette paisible localité semblait être gagnée, hier en début d’après-midi, par la panique suite à la rumeur faisant état de suspicion d’un cas. Une sorte de climat de méfiance semble s’installer aux portes d’Alger-Est. Cependant, le ministère de la Santé rassure, quant à lui, les familles sur la maîtrise de la situation, notamment après la sortie des trois derniers patients après un long traitement à l’hôpital de Boufarik.
Dans un nouveau communiqué diffusé hier, le département ministériel de Mokhtar Hasbellaoui indiquera que le nombre de cas suspects hospitalisés a “sensiblement diminué”.

Hanafi H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER