Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Election présidentielle de 2019

Talaie El-Houriat appréhende un “nouveau coup de force” du pouvoir

Ali Benflis, président de Talaie El-Houriat. © Zehani/Archives Liberté

Le parti de Benflis constate avec inquiétude la multiplication de signes annonciateurs “d’un nouveau coup de force du pouvoir politique pour assurer sa survie, à l’occasion de l’échéance de l’élection présidentielle”.

Le parti d’Ali Benflis, Talaie El-Houriat (Avant-garde des libertés), appréhende un “nouveau coup de force” du pouvoir à l’occasion de l’élection présidentielle de 2019. Il en veut pour preuve, “la multiplication des signes annonciateurs”, allusion faite aux récentes déclarations de hauts responsables mais aussi à la dernière sortie effectuée par le président Bouteflika à Alger. Autrement dit, ces signes avant-coureurs relatifs à l’éventualité d’un cinquième mandat pour le Président, “inquiètent” le parti de l’ancien chef de gouvernement pour qui le pouvoir ne cherche qu’à “assurer sa survie”. Dans un communiqué sanctionnant sa mensuelle réunion ordinaire, le bureau politique de Talaie El-Houriat constate, en effet, avec inquiétude la multiplication de signes annonciateurs “d’un nouveau coup de force du pouvoir politique pour
assurer sa survie, à l’occasion
de l’échéance de l’élection présidentielle”. Un “coup de force” qui, alerte-t-il, “s’il se précise, sera de nature à exacerber la crise globale que connaît notre pays et le précipiterait dans l’incertitude et l’inconnu”. Le bureau politique du parti d’Ali Benflis qualifie, par ailleurs, le dernier remaniement ministériel, de “non-évènement sans signification politique particulière”. Un remaniement qu’il refuse, du reste, de nommer, lui préférant le vocable de “replâtrage du gouvernement”. Pour Talaie El-Houriat, “le changement des quatre ministres n’obéit à aucune logique d’efficacité gouvernementale et relève de considérations dont seul le pouvoir détient le secret”. “L‘instabilité” gouvernementale, caractérisée ces derniers temps par les changements des ministres, notamment aux départements du Tourisme et du Commerce, ne préoccupe pas le parti d’Ali Benflis. Il juge “scandaleux que le tourisme, considéré comme un secteur-clé dans la prétendue démarche de diversification de l’économie, en est à son septième ministre depuis le début de la crise et que le secteur du commerce change de titulaire pour autant de fois, durant la même période, alors qu’il est au centre de l’approche visant à réduire les importations pour atténuer le déficit budgétaire”. Le parti se demande, ainsi, “si les responsables de ces deux ministères n’ont pas été victimes de l’influence des lobbies qui gravitent autour des centres de décision, le premier pour avoir montré des velléités de s’attaquer aux indus bénéficiaires du foncier touristique des ZET, le second pour avoir touché les intérêts des puissants lobbies de l’importation”. Concernant la situation économique du pays, le constat fait par le parti d’Ali Benflis n’est pas moins hostile au pouvoir dont “le rafistolage fréquent de l’édifice gouvernemental et les revirements en matière de décision économique” qu’il fustige. Des agissements qui, regrette Talaie El-Houriat,  “entachent sérieusement la crédibilité de la démarche des pouvoir publics face à la crise et contredisent les déclarations des gouvernants sur l’amélioration du climat des affaires dans notre pays”. Le parti dénonce dans la foulée, le fait que l’activation de la planche à billets ne soit pas accompagnée de réformes structurelles. “En guise de réformes structurelles et financières qui devaient accompagner le recours à la planche à billets, le gouvernement s’est contenté, jusqu’à présent, d’énoncer les domaines sur lesquels doivent porter les réformes”. Ceci, rappelle-t-il, alors que la planche à billets bat son plein avec l’impression, depuis décembre 2017, de l’équivalent de
2 185 milliards de dinars, soit 19 milliards de dollars US, selon les chiffres officiels. Enfin, Talaie El-Houriat ne manque pas l’occasion de dénoncer la hausse importante des prix qui touche divers produits, allant de l’alimentaire aux produits manufacturés et aux matériaux de construction. Ces hausses qui, relève-t-il, atteignent jusqu’à 100% pour certains produits.


Farid Abdeladim

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER