Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

“Le Défi de la baleine bleue”

Un jeu… suicidaire !

Du jeu au... suicide, il n’y a qu’un pas... © D. R.

Le jeu aurait été élaboré par des psychologues expérimentés. De manière générale, les victimes sont des jeunes qui souffrent de problèmes psychologiques sérieux ou de traumatisme psychique.

Un jeu morbide et macabre poussant les jeunes au suicide déferle progressivement sur notre pays. Le “Défi de la baleine bleue”, comme son nom l’indique, consiste en une série de challenges que doit relever chaque jeune fille ou jeune homme, entraînés via le Net par des personnes invisibles et anonymes dans cette espèce de spirale infernale. Il s’agit d’un jeu lancé en 2015 par des utilisateurs anonymes sur le réseau social russe VKontakte (Facebook russe) qui, avec plus de 410 millions d’utilisateurs enregistrés, est classé cinquième site le plus populaire du monde. Le jeu dure 50 jours. Il comporte cinquante défis. Chaque jour, la victime, un adolescent dans la plupart des cas, doit relever un défi. Il doit au préalable émettre son envie de participer et de se trouver, en ligne, un mentor. Celui-ci va le guider et lui indiquer la marche à suivre. Ce sont des bravades, tantôt inoffensives, tantôt sinistres. L’on exige de la proie facile des actes dangereux, des gestes périlleux comme “se percer la main”, “se réveiller à 4h20 pour regarder un film d’horreur”, “se scarifier en se dessinant une baleine sur la jambe”, “ne communiquer avec personne durant toute la journée” ou encore “s’asseoir sur le toit d’une tour en balançant les jambes dans le vide”... Une fois toutes ces crâneries funestes accomplies, la cible est conduite droit vers l’ultime et fatidique étape : le suicide. L’internaute, pris dans cette sorte d’engrenage, se donne ainsi la mort pour devenir, tel que l’expliquent les concepteurs de ce jeu malsain, un animal “hautement évolué” et “dégagé” des peines terrestres, à l’image du symbole du jeu, le cétacé capable de se suicider en s’échouant volontairement sur une plage, tel que le précise la légende russe. Les “défis” sont envoyés aux joueurs depuis de faux comptes. Les règles lui imposent de “ne rien dire à personne” et de “toujours remplir la mission, quelle qu’elle soit”. “Les pages marquées par le hashtag (mot-clic) ‘baleine bleue’ contiennent des images sinistres, des citations sur l’absurdité de l’existence et de protestations contre le monde cynique des adultes”, explique un magazine russe. Le jeu aurait été élaboré par des psychologues expérimentés. Les victimes sont attirées par ce mystère (le jeu) et celui de la mort. De manière générale, ce sont des jeunes qui souffrent de problèmes psychologiques sérieux ou de traumatisme psychique. La vérité sur le jeu a éclaté au grand jour en mai 2016 grâce à une enquête du journal russe Novaïa Gazeta. “Étudiant les statistiques et les causes des suicides parmi les adolescents russes, les journalistes ont établi que plus de cent enfants qui se sont donné la mort de novembre 2015 à avril 2016 étaient membres de communautés en ligne liées d’une manière ou d’une autre à ce jeu suicidaire”, souligne l’organe russe
Russia Beyond. Le phénomène s’est ensuite propagé vers d’autres pays européens, à l’image de la France, de la Bulgarie, de la Hongrie, de la Roumanie et de la Pologne, pour ne citer que ces exemples. L’Algérie n’a pas échappé à ce fléau qui a fait au moins 6 victimes dans les wilayas de Sétif et de Béjaïa.
Les autorités russes ont annoncé l'arrestation d'un postier de 26 ans, Ilya Sidorov, qui serait le cerveau maléfique derrière le jeu de la baleine bleue. Ilya Sidorov aurait avoué aux enquêteurs avoir développé ce jeu suicidaire. Le chef du Centre des études de légitimité et de protestation politique russe, Evgueni Venediktov, estime que “ce bourrage de crâne ne peut pas être un hasard ni l’œuvre d’un fou isolé. C’est le travail d’un grand nombre de personnes sans doute dirigées par un centre. Lequel ? Là est la question. Or, il est très difficile de repérer ces gens. On peut supposer absolument tout, jusqu’à l’activité des services secrets occidentaux qui font des expériences dans le domaine de la manipulation des masses”. Il est à noter que d’autres jeux similaires, tels que le foulard dans les récréations, le jeu de l'escalier... ont été déjà lancés de par le monde et ont fait de nombreuses victimes. La vigilance est de mise.    


B. Khris


 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER