Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Asthme

Un million et demi d’Algériens concernés

Maladie chronique qui apparaît par crises, l’asthme constitue la quatrième préoccupation de santé publique, après le cancer, le sida et le diabète. Puis que cette pathologie, au-delà des difficultés respiratoires qu’elle provoque chez la plupart des asthmatiques, entraîne également des décès suite à des crises sévères. Le nombre de cas d’allergie et d’asthme est en augmentation en Algérie. L’état des lieux dressés par les participants au deuxième congrès de l’Académie algérienne d’allergologie renseigne bien sur la progression effrénée de l’allergie en Algérie, et qui se transforme systématiquement en asthme lorsqu’elle est mal prise en charge. Le nombre de malades souffrant d’asthme avoisine 1,5 million d’Algériens, soit 4% de la population globale. Quant à la rhinite, elle affecte 10 millions de personnes, soit 25%. Pour le président de l’Académie algérienne d’allergologie, le professeur Gharnaout Merzak, environ 40% des patient atteints de rhinite ont fini par être touchés par l’asthme. Et 80% des asthmatiques sont déjà atteints de rhinite. Cette poussée vertigineuse des allergies et de l’asthme nécessite, selon les experts, la mise en place d’une stratégie nationale de nature à prendre en charge cette maladie. Avant d’aborder les thèmes scientifiques et médicaux de cette édition, les organisateurs du congrès ont rappelé les définitions basiques et les symptômes de cette pathologie chronique. La rhinite désigne par définition une inflammation du nez qui se manifeste par des écoulements clairs, le prurit, l’éternuement et l’obstruction nasale. Quant à l’asthme, c’est l’inflammation des bronches qui se contractent. Ces bronches s'obstruent et empêchent l'air de circuler. Les symptômes cardinaux de l’asthme sont principalement la toux sèche, l’oppression thoracique et enfin les sifflements (râles sibilants). Un panel d’experts a alors développé les causes des allergies alimentaires, les allergies cutanées et les allergies médicamenteuses. Les nouveautés introduites dans l’arsenal thérapeutique ont été également présentées aux participants venus de différents horizons. Puisque l'allergologie est une discipline vaste qui a des liens directs ou indirects avec d’autres spécialités telles que l'ophtalmologie, l'immunologie, l'ORL, la pédiatrie, la pneumologie, la médecine du travail, la médecine interne,  etc., les débats se sont également focalisés sur les nouveaux traitements de la rhinite allergique et l’innovation introduite dans la prise en charge de la dermatite. Rappelons, enfin, que cette manifestation scientifique, qui a eu comme thème “L’allergie à la croisée des spécialités”, a réuni plus de 1 500 participants.

H. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
Brahms le 17/12/2017 à 18h02

La vitamine D influence 229 gènes du génome humain [2], ce qui expliquerait qu'une carence en cette vitamine peut être à l'origine de nombreuses maladies. Aux États-Unis, une association de scientifiques rassemblant les plus grands experts de la vitamine D a établi une liste impressionnante des maladies qui pourraient souvent être évitées par le simple fait de passer à un bon taux de vitamine D. Ils ont par exemple calculé qu'avec un taux de vitamine D situé entre 50 et 75 ng/mL, vous obtenez

Brahms le 17/12/2017 à 18h06

Votre risque d'ostéoporose et de tous les types de fractures baisse de 50% ; Votre risque de grippe saisonnière baisse de 83% ; Votre risque d'asthme baisse de 63% ; Votre risque de diabète de type 1 baisse de 71%. Malgré son importance pour rester en bonne santé, très peu de personnes ont un taux de vitamine D suffisant. Supplémentation obligatoire au lieu des médicaments qui ne traitent que la cause.

Commentaires
2 réactions