Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Grève dans le secteur de l’éducation nationale

Un taux de suivi de 69,27% à travers le pays


Les fonctionnaires et les travailleurs du secteur de l’éducation nationale ont poursuivi hier, pour la deuxième journée consécutive, leur grève nationale à l’appel de l’intersyndicale qui regroupe six syndicats (Unpef, Cnapeste, SNTE, Snapest, Cela, Satef), et dont le taux de participation s’est situé à 69,27%. Soit une “légère hausse” par rapport à celui de la veille, qui était évalué à 65,31%, apprend-on de sources syndicales. Cette grève a coïncidé aussi avec la tenue de meetings régionaux devant les directions de l’éducation de Blida, de Relizane, de Batna, de Blida et de Laghouat, qui ont permis aux fonctionnaires du secteur de l’éducation d’exprimer en direct leurs revendications. “C’était quelque chose d’extraordinaire, puisqu’il n’y a pas eu de confrontation avec les forces de l’ordre. Le meeting s’est déroulé normalement”, a indiqué M. Boudiba qui avait été, lui-même, l’un des animateurs du meeting qui s’est déroulé à Blida. Les présents se sont également exprimés sur la déclaration du ministre du Travail et des Affaires sociales, Mourad Zemali, affirmant que “les grèves des syndicats étaient illégales”, a-t-il indiqué. Les syndicalistes et les travailleurs ont, dans ce sens, fait part de leur “étonnement” concernant cette déclaration qui intervient avant même le dépôt des préavis de grève. “Le ministre du Travail devrait beaucoup plus s’intéresser au respect par les responsables des secteurs de la législation du travail qui est piétinée et les conditions de travail difficiles au lieu d’anticiper sur les décisions de justice”, a indiqué le porte-parole du Cnapeste. Aussi, selon lui, le verdict prononcé lundi dernier par le tribunal administratif de Bir Mourad-Raïs, déclarant “illégale” la grève de l’intersyndicale, “porte atteinte à la crédibilité de la justice”. Car, “nous avons toujours respecté les dispositions réglementaires relatives au droit de grève et les travailleurs savent s’y prendre avec ce genre de situations. Cela dit, aucune décision de justice ne nous a été notifiée jusqu’à aujourd’hui, mais dès que ce sera fait, nous allons la respecter”, a-t-il enchaîné.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER