Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Oran

Une amélioration, mais…

La Direction du commerce d’Oran avait annoncé, une semaine avant la célébration de l’Aïd el-Adha, que le nombre de commerces concernés par les permanences serait de 1 900, comparativement aux 608 de l’année précédente. Cette exigence de continuité de service et de réquisition des commerces pour permettre l’approvisionnement de la population a, avec le temps, commencé à s’imposer dans les faits. Bien qu’il y ait toujours des mauvais élèves, notamment le secteur de la boulangerie, nombre de ces derniers avaient déjà baissé rideau 48 heures avant les fêtes, cette année, et pour ce qui est du reste de la sphère commerciale, une amélioration a été ressentie à Oran. Un constat qui diffère pourtant d’un quartier à un autre.
Ainsi, au centre-ville d’Oran, on a enregistré peu de suivi des directives des pouvoirs publics ainsi qu’au niveau des agglomérations secondaires et autres communes où des citoyens se sont plaints de ces fermetures. Hier, matin, à la périphérie d’Oran, cafés, boucheries, commerces d’alimentation générale, étaient pour certains ouverts et disponibles pour les clients. Les revendeurs de pain, à même le trottoir, ont pallié, la défection des boulangers en général. En revanche, l’approvisionnement en lait n’a pu se faire normalement partout, d’où une certaine tension sur ce produit au deuxième jour de l’Aïd. La Direction du commerce avait, de son côté, mobilisé, pour Oran, 44 agents de contrôle mais le bilan ne pourra se faire que dans plusieurs jours. Si les pouvoirs publics se focalisent sur les deux jours d’Aïd, malheureusement, ce phénomène de fermeture et “de pont” se durcit et dure dans le temps au-delà des deux journées fériées de circonstance. En effet les grossistes et surtout les marchands de fruits et légumes ont pris l’habitude de cesser leurs activités durant la semaine suivant les fêtes. La spéculation sur les prix leur laisse cette opportunité de “chômer” durant 7 jours ayant engrangé suffisamment de dividendes sur le dos des consommateurs. Par ailleurs, et s’agissant de l’opération de collecte de peaux de mouton, quelque 100 tonnes ont été récoltées au premier jour à Oran, mais l’opération a eu quelques ratés par endroits.

D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER