Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Importée de Turquie dans le cadre de la réfection du Haut-fourneau (El-Hadjar)

Une chaudière endommagée après sa chute d’un porte-char

L’équipement stratégique, une chaudière nouvellement acquise, est tombée du porte-char qui la transportait, à l’entrée nord de l’usine. ©Badis B./Liberté

Depuis sa reprise par l’État algérien, le complexe d’El-Hadjar, qui est à l’arrêt, fait parler de lui au rythme des incidents et scandales qui posent la question de la fiabilité de l’opération de réfection et de la possibilité de sa remise en activité.

Le complexe sidérurgique d’El-Hadjar, au lendemain de sa recapitalisation officielle, continue d'enchaîner les scandales. En effet, éclaboussé il y a une semaine par l’affaire des techniciens portugais qui souffraient d’un problème respiratoire, et dont l’un d’eux est décédé, une nouvelle affaire est venue secouer cette usine.
Un équipement stratégique, à savoir une chaudière nouvellement acquise en devises fortes, destinée au haut-fourneau, et qui s'inscrit dans le cadre du plan de réfection du complexe sidérurgique d’El-Hadjar (Annaba), est tombée du porte-char qui la transportait, à l’entrée nord de l’usine.
La chaudière, particulièrement ses accessoires qui ont totalement été endommagés, a été commandée auprès de la Turquie dans le cadre des travaux de réfection du stratégique haut-fourneau indispensable à la remise en marche du complexe sidérurgique. L’équipement, avec la dévaluation du dinar estimée à 20% par rapport à l’année de la commande en ajoutant les frais de transport, est estimé à environ deux
millions de dollars. Sur les lieux de l’accident, nous avons constaté la présence du responsable du complexe en train de s’atteler à charger cet équipement pour le mettre au niveau du parc sous-douane à l’intérieur du site. Cet équipement est devenu gênant pour ces mêmes responsables et la risée des habitants de la zone ouvrière de Chaïba et de Sidi-Amar. Selon des sources crédibles, cette chaudière a été acheminée du port d’Annaba vers le complexe d’El-Hadjar, dans des conditions élémentaires, sans aucune disposition sécuritaire, à bord d’un porte-char vétuste et non conçu pour ce genre de cargaison.
En outre, l’escorte n’a pas été programmée et le choix de l’itinéraire n’était pas le bon. Ainsi, au lieu de passer par la route nationale Annaba-Guelma, ils ont choisi la route de Chaïba - Sidi-Amar, tout en oubliant que sur ce chemin se trouve une trémie. Comble de l’absurdité, nos sources révèlent qu’un accident similaire est déjà arrivé au même endroit (la chute du broyeur de la PMA). La question qui se pose et s’impose alors : où va le complexe d’El-Hadjar à cette cadence ? D'autant que l’État a injecté une enveloppe de 1 milliard de dollars en 2015 pour la concrétisation de l’ambitieux plan de réhabilitation et de modernisation de ses installations, en plus des 600 milliards de dinars injectés en février dernier pour renflouer le budget de fonctionnement du site sidérurgique, lequel, faut-il le rappeler, est  mis à mal par d’interminables arrêts de production dus à des pannes répétées et les grèves qui ont ponctué les exercices 2014 et 2015, notamment.

BADIS B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER