Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

MENACE ECOLOGIQUE SUR ASSIF AGUERIOUNE

Une commission ministérielle attendue dans les prochains jours

La pétition qu’ont fait circuler sur la Toile les habitants de la daïra de Souk El-Tenine et adressée à la ministre de l’Environnement, a eu l’effet escompté.
Une commission ministérielle est attendue dans les tout prochains jours dans la région est de Béjaïa pour s’enquérir de la situation de l’oued ou d’Assif Aguerioune et trouver une solution définitive au problème des décharges, qui menacent le cours d’eau et la santé publique dans la région.
La décision a été prise le 3 octobre dernier à l’issue de l’audience, accordée par la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati, aux délégués du collectif associatif de la daïra de Souk El-Tenine par l’intermédiaire du député de la wilaya, Khaled Tazaghart. Les délégués de la région n’ont pas manqué de sensibiliser la ministre sur “l’urgence de mettre un terme aux souffrances de la population, dues à l’incinération des déchets dans les décharges d’Assif Aguerioune”, le cas de la région d’Aokas avait été aussi évoqué.
Fatma-Zohra Zerouati s’est engagée, selon les représentants du collectif, à envoyer une délégation de son département afin de s’enquérir de la situation de l’environnement dans la région est de Béjaïa, qui englobe les daïras d’Aokas, de Souk El-Tenine, de Darguina et de Kherrata. Et d’organiser dans la foulée une réunion avec les présidents des APC des communes de l’Est. Seront conviés les acteurs du mouvement à l’origine de l’action anti-décharges sauvages. L’objectif étant de rechercher et d’étudier la possibilité de lancer un projet de centre intercommunal de traitement des déchets (unité de tri sélectif) pour toute la région est de Béjaïa.
Tout a commencé par la déclaration-pétition, lancée sur les réseaux sociaux, par les acteurs du mouvement, qui avaient espéré susciter une solidarité agissante à travers le territoire national et par la même attirer l’attention de la ministre en charge de l’Environnement sur la “catastrophe écologique”, qui menacerait l’oued Aguerionne, devenu le réceptacle de plusieurs décharges sauvages mais aussi publiques. La plus dangereuse, affirma-t-on, étant celle de l’embouchure d’Assif Aguerioune, dans la daïra de Souk-El-Tenine. La raison ? Elle reçoit quotidiennement des tonnes de déchets ménagers des communes de Souk-El-Tenine et de Melbou, ce qui menace sérieusement les habitants de la dizaine de villages environnants.
Les rédacteurs de la pétition, à leur tête Belkacem Outemzabt, enseignant à l’université de Béjaïa, avaient expliqué que chaque année, durant la saison estivale notamment, les communes de Melbou et de Souk-El-Tenine deviennent invivables, en raison des fumées qui se dégagent de la décharge publique d’Assif Aguerioune.


M. OUYOUGOUTE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER