Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Une embarcation de harragas chavire au large d’Oran

Une enfant de 3 ans portée disparue en mer

Dix jours après la mort en mer de deux candidats à l’émigration clandestine : une mineure de 17 ans et un jeune homme de 26 ans, un nouveau drame vient de se produire au large des côtes d’Oran, allongeant la liste macabre d’Algériens et d’Algériennes noyés en mer. Cette fois-ci, c’est une fillette âgée de trois ans qui est portée disparue en mer après le chavirement d’une embarcation ayant pris la mer clandestinement à destination des côtes espagnoles. Nous avons appris que c’est aux premières lueurs de l’aube d’hier mardi, qu’un semi-pneumatique, où avaient pris place deux familles, dont deux enfants, un garçon âgé de 5 ans et sa petite sœur de 3 ans, s’est renversé. Les gardes-côtes relevant de la frange maritime ouest sont intervenus, alors que le drame se produisait à quelques miles au large de la plage de Cap Falcon, commune d’Aïn El-Turck, sur la corniche oranaise.
Si l’ensemble des passagers a pu être secouru et pris en charge, la fillette n’avait toujours pas été retrouvée malgré les recherches effectuées par les gardes-côtes et les plongeurs. Tout porte à croire, sauf miracle, que la fillette s’est noyée en mer.


D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 04/02/2018 à 15h34

C'est du grand n'importe quoi. Partir nez au vent en pensant que l'Espagne va vous accueillir les bras ouvert avec des croissants et des bonbons. Ma mère me disait quand elle est arrivée en France en 1956, la France était pourrie partout. Puis, ils se sont retroussés les manches pour travailler leur pays. Il n'y a que par le travail que le pays se développera et non par la ruse, les magouilles car au bout de la chaîne, c'est toujours le citoyen qui en paiera les conséquences.

Commentaires
1 réactions