Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Un nouveau drame de la harga au large d’Oran

Une fille de 17 ans et un homme de 26 ans meurent noyés

Les gardes-côtes relevant de la frange maritime Ouest sont intervenus, hier vers 5h du matin, pour porter secours à un groupe de harragas à bord d’une embarcation en difficulté, à quelque 8 milles des côtes de la zone de Cap Falcon sur la corniche oranaise. L’intervention des gardes-côtes a permis de secourir 15 jeunes candidats à l’émigration clandestine mais, malheureusement, ils n’ont pu que constater la noyade d’une jeune fille de 17 ans et d’un jeune homme de 26 ans, avons-nous appris. Les harragas, au nombre de 17, avaient embarqué à bord d’un pneumatique, espérant rallier les côtes espagnoles. Repéré par une patrouille des gardes-côtes, celui qui dirigeait l’embarcation a, au lieu de s’arrêter, tenté de fuir, provoquant le chavirement de l’embarcation, et ainsi, ses occupants se sont tous retrouvés à l’eau.
Les gardes-côtes qui allaient intercepter le pneumatique sont parvenus à porter secours à 16 des passagers dont 2 femmes. La première victime sortie de l’eau décédera au cours de son transfert à l’hôpital. Elle n’avait que 17 ans. Quant à l’homme de 26 ans, son corps sans vie ne sera retrouvé que plusieurs heures après, vers 9h du matin.
Ainsi, en dépit du mauvais temps rendant la traversée plus dangereuse et du renforcement de la surveillance dans les eaux nationales, les candidats à la harga ne cessent de tenter de partir depuis plusieurs points des côtes de l’Oranie. Rien ne semble pouvoir les dissuader de rejoindre par les moyens les plus dangereux les côtes espagnoles. Même la fin tragique du jeune Mohamed Bouderbala, décédé dans des conditions obscures dans une prison espagnole, et tous les autres témoignages poignants sur les disparus en mer ne semblent pas avoir eu d’effet dissuasif auprès de franges de population, toujours plus nombreuses, qui embarquent clandestinement.

D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER