Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Surfacturations à l’importation

Une moyenne de 450 dossiers traités annuellement

“D’autres chiffres ne sont pas encore disponibles concernant les affaires de surfacturations où il y a justement de très fortes amendes et où les chiffres sont très importants”, a indiqué le DG des douanes, en visite à Oran.

Le directeur général des douanes, Kaddour Bentahar, a, de nouveau, évoqué hier à Oran, au terme d’une visite marathon, la problématique des surfacturations à l’importation, affirmant que ses services traitent annuellement quelque 450 dossiers liés à ce type de crime économique. “Nous avons en moyenne 450 dossiers annuellement et il ne s’agit pas seulement de surfacturations pour la vente en l’état mais également pour les équipements”, a précisé le premier responsable des douanes, qui se refuse, cependant à avancer un quelconque chiffre en rapport avec ce phénomène qui prend de l’ampleur. “D’autres chiffres ne sont pas encore disponibles concernant les affaires de surfacturations où il y a justement de très fortes amendes et où les chiffres sont très importants”, a-t-il, toutefois, reconnu. Concernant la question du démantèlement tarifaire ayant induit un manque à gagner conséquent pour le Trésor public, le DG assurera que des mesures ont été prises afin de tenter de compenser l’écart, citant, à ce titre, le cas des comptes contentieux. “L’argent n’était pas déposé au Trésor public, nous avons instruit l’ensemble des divisionnaires de récupérer ces comptes et l’argent pour les verser”, a expliqué M. Bentahar. Celui-ci a, par ailleurs, indiqué qu’une centaine d’agents des douanes ont été traduits en conseil de discipline, soit 20 à 25 agents pour chacune des 4 réunions du conseil de discipline qui ont eu lieu cette année, précisant que sur la centaine, une dizaine de dossiers ont été transmis à la justice.
Pour tous ces cas, M. Bentahar a expliqué que les faits reprochés aux concernés relèvent de fautes allant du 1er au 4e degré, dont des faits de corruption. Les agents qui seront éventuellement condamnés par la justice, seront révoqués du corps des douanes, a encore assuré Kaddour Bentahar. La question de “l’image des douanes” a également été abordée par le premier responsable du corps des douanes qui a estimé que les questions d’éthique et de déontologie sont importantes et que “des instruments de management sont là, ainsi qu’un redéploiement et une prise en charge sociale”. Plus loin, évoquant la question du rôle et des missions des douanes en matière de protection de l’économie nationale, de facilitation accordées aux entreprises, le patron des douanes fera un long rappel de la mise en œuvre du programme et de la stratégie de son département, avec les nouvelles missions octroyées au corps des douanes, à savoir “la sécurité aux frontières pour lutter contre la contrebande, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le crime transfrontalier”. Des missions qui sont effectuées en collaboration avec les autres corps de sécurité. Dans ce survol général des attributions des douanes, M. Bentahar livrera le chiffre des recouvrements estimé à 1 000 milliards de dinars, alors que les amendes infligées ont permis d’engranger quelques 11 milliards de dinars.
Le renforcement des moyens humains et matériels a donné lieu à la création de nouvelles directions et de nouveaux systèmes d’information. Et pour le recrutement, un concours ayant eu lieu hier prévoyait 250 postes d’agent des douanes uniquement pour la région du Sud. La gestion des ressources humaines s’est également traduite en 2016 par 1 100 promotions sur titre des agents ayant cumulé 10 ans d’exercice alors que 1 800 autres promotions sont prévues pour 2017. À noter que le 12 juillet prochain, le DG des douanes devrait participer à la réunion des 5+5 élargie aux DG des douanes à Londres, où les experts approfondiront la feuille de route établie en mars 2017. Trois axes principaux intéressent cette rencontre du groupe des 5+5 douanes : le partage d’informations et d’expériences, et l’examen de tous les phénomènes aux frontières comme la fraude, les fausses déclarations, le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme. Durant cette visite d’inspection à Oran, en pleine période d’arrivée des émigrés, le DG des douanes s’est rendu aux ports d’Oran et d’Arzew, à l’aéroport d’Oran, et à la zone industrielle d’Arzew.

D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER