Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Campagne céréalière 2017-2018

Une production record à plus de 60 millions de quintaux

La campagne moissons-battages 2017-2018 a été exceptionnelle, selon le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi. Lors d’une conférence de presse tenue hier au siège du ministère et consacrée à la présentation du bilan de la campagne, le ministre a indiqué que la production réelle obtenue est estimée à 60,5 millions de quintaux, en hausse de 74,4% par rapport à la récolte de la précédente campagne durant laquelle la production a été autour de 34,7 millions de quintaux. Selon M. Bouazghi, il s’agit là d’une production record, qui n’a jamais été réalisée.
Dans le détail, le ministre a précisé que la production de cette campagne est répartie entre le blé dur à raison de 31,5 millions de quintaux en augmentation de 58% par rapport à la campagne précédente qui a été de 19,9 millions de quintaux, et l’orge pour 19,54 millions de quintaux contre 9,69 millions de quintaux la campagne précédente, soit une augmentation de 100%.
Le reste de la production est constitué de blé tendre et d’avoine. Interrogé sur la production de blé tendre qui constitue le talon d’Achille de l’agriculture algérienne, le ministre a indiqué qu’elle se situe autour de 7,9 millions de quintaux. Même si cette production a été presque doublée lors de cette campagne, elle reste néanmoins marginale. S’agissant des surfaces emblavées au titre de cette campagne, le ministre a souligné qu’elles sont de 3,44 millions d’hectares contre 3,5 millions d’hectares pour la précédente campagne.
Le blé dur s’est taillé la part du lion des emblavures avec 46% (1,59 million ha), le blé tendre 14% (480 171 ha), l’orge 36% (1,28 million ha) et l’avoine 2% (81 171 ha).
Cette augmentation de la production, selon lui, est due essentiellement aux moyens matériels et humains mobilisés qui ont permis l’amélioration de la productivité par hectare, toutes espèces confondues, qui est passée de 15 q/ha en 2016/2017 à 19 q/ha en 2017/2018.

Saïd Smati


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER