Scroll To Top
FLASH
  • Un observateur du candidat Abdelmadjid Tebboune est mort dans un bureau de vote à El Bayadh (source direction de campagne).
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Des milliers de travailleurs de la Fonction publique ont marché hier

Union sacrée contre le système à Bouira


Hier 19 Mars, la Journée nationale de la Victoire a été celle de l’union sacrée contre le système à Bouira. En effet, tous les secteurs de la Fonction publique sont sortis dans la rue pour clamer haut et fort leur refus de la dernière lettre attribuée à Bouteflika et dire non au prolongement de son mandat au-delà du 28 avril prochain. Ainsi, fonctionnaires des APC, ceux de la DTP, de la Sonelgez, de l’ADE, de l’ONA, d’Algérie Télécom, d’Algérie Poste, des impôts, de l’urbanisme, de l’action sociale, ainsi que le corps médical, celui de la justice et enfin les étudiants, se sont donné le mot pour dire “Non à la pérennité du système et oui pour un changement radical”. Les premiers à avoir ouvert le bal de cette “journée du refus”, comme baptisée par les manifestants, ce sont les travailleurs de la commune de Bouira. À 8h, une centaine d’entre eux, a commencé à sillonner les rues de Bouira en scandant des slogans hostiles au pouvoir, tels que “Système dégage !”, “L’APC s’engage système dégage”. Quelques minutes plus tard, c’est au tour des fonctionnaires de la Sonelgaz, de l’ADE et de la DTP de rejoindre la contestation. La ville de Bouira, était pour ainsi dire envahie par les carrés des marcheurs. Les travailleurs de l’Office national de l’assainissement (ONA), avaient revêtu leurs gilets jaunes pour la circonstance. 10h, ce sont des médecins et des auxiliaires médicaux qui battent le pavé au rythme des slogans anti-pouvoir : “Bedoui dégage”, “Brahimi dégage”, “Lamamra dégage”, revenaient sans cesse lors de cette marche des médecins. Selon Laref Triki, coordinateur du Syndicat algérien des paramédicaux (SAP), bureau de Bouira, “la conférence nationale que compte organiser le pouvoir, n’a aucun sens. Après avoir mené le pays au bord du précipice durant ces 20 dernières années, ce pouvoir veut à tout prix sortir par la grande porte en faisant miroiter au peuple qu’il va sauver le pays. Des mensonges éhontés que personne ne peut gober maintenant”, a-t-il dénoncé. Vers 10h30, les étudiants de l’université de Bouira, se sont joints au mouvement. Entre-temps des fonctionnaires des APC d’El-Esnam, de Bechoul, de Haïzer et de Taghzout, pour ne citer que celles-ci, ont fait le déplacement jusqu’au chef-lieu de la wilaya, pour grossir les rangs des marcheurs. Tout le monde s’est ensuite regroupé devant le siège de la wilaya de Bouira, d’où une marche grandiose a été entamée. Des milliers de citoyens étaient dans la rue, dans une ambiance des plus festives afin de rejeter l’offre du pouvoir et tenter de faire barrage à ses manœuvres pour se maintenir contre la volonté du peuple. Pancartes, banderoles et autres slogans scandés lors de cette démonstration de force des travailleurs de la Fonction publique, vont des plus classiques tels que “Le peuple veut la chute du régime”, “Système dégage”, “FLN et RND dégagez !” aux messages clairement à l’intention des symboles du régime, Lakhdar Brahimi ou Ahmed Ouyahia, “Ya Brahimi, l’Algérie n’est pas l’Irak”, “Ouyahia ya chiyatte echaab marahouche farhan”.


RAMDANE BOURAHLA

Publié dans : La rue ne cède pas

ARTICLES CONNEXES

  • Mobilisation des médecins, des enseignants et des étudiants
    Constantine à l’heure du 19 Mars

    Hautement symbolique, la journée d’hier 19 Mars, jour du cessez-le-feu, était riche en couleurs et en slogans contre la prolongation du 4e mandat du président Abdelaziz Bouteflika et en revendications pour le départ du système politique en place.

  • Annaba
    Les blouses blanches exigent l’application de l’article 102

    Les médecins d’Annaba, de Skikda, d’El-Tarf, de Guelma et de Souk-Ahras ont répondu massivement à l’appel à la mobilisation lancé par le conseil

  • Marche du corps médical à Skikda
    “Ni couronne ni bridge, l'extraction”

    De nombreux médecins, chirurgiens-dentistes, vétérinaires et paramédicaux ainsi que des étudiants ont marché pacifiquement hier pour apporter leur


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER