Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

à cause d’une émission radiophonique

Vent de colère chez les Mozabites

Les notables de la Vallée du M’zab sont en colère. Dans une lettre adressée au président de la République, les dirigeants de 16 associations représentant les Mozabites de Ghardaïa ont dénoncé la diffusion d’une émission sur les ondes de la radio locale où l’animateur a proféré des propos “racistes” et “haineux” contre la population mozabite. Lors d’une émission portant sur les traditions et le patrimoine, un animateur de la radio locale a en effet tendu son micro à un retraité de la société Sonelgaz qui a qualifié d’“ignorants” les Mozabites qui refusaient, dans les années 1930, d’accepter le raccordement de leurs foyers au réseau d’alimentation électrique.
Pis, l’invité persiste à expliquer que ces “ignorants” refusaient même d’utiliser “le savon”.
Alors que l’invité s’est contenté d’évoquer des “habitants”, l’animateur a pris le soin de le relancer ; “ce sont les Mozabites”, a-t-il indiqué dans l’enregistrement dont nous avons écouté une partie. Ces propos sont “un dérapage médiatique inacceptable” et une “atteinte directe et dangereuse aux constantes de l’unité nationale et aux sacralités du peuple algérien que protège la Constitution”, indique le document. Cette émission a généré “une forte tension dans la région” et risque de “menacer la stabilité” et “la cohésion sociale” et “viole la diversité culturelle et intellectuelle”. L’émission radiophonique a provoqué “un choc” et “une blessure profonde” chez les auditeurs en ce qu’elle comporte comme “humiliation” surtout que l’émission, “enregistrée”, a été “construite sur un mensonge historique”. C’est pour cela que les rédacteurs du document demandent “une réaction sérieuse” des autorités qui doivent “prendre des mesures préventives” pour assurer plus de “professionnalisme”. Les autorités doivent “veiller à éviter le traitement sélectif” des sujets dans la radio locale, ajoute le communiqué.
Cette nouvelle affaire fait craindre la reprise des violences qui ont marqué cette région à plusieurs reprises. En 2015, des affrontements entre les Mozabites (ibadites) et les malékites avaient fait plusieurs décès et des blessés.
Une intervention des hautes autorités du pays, qui ont notamment désigné un responsable militaire comme coordinateur de l’action publique dans la wilaya, a fini par imposer le calme. Des dizaines d’activistes, notamment mozabites, ont été arrêtés pour “incitation à la haine raciale”. Certains sont toujours en prison.

Ali Boukhlef


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER