Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

Vers de nouvelles formations licence-mastère

Le professeur Benali Benzaghou est “satisfait” de la contribution de l’USTHB dans la construction de l’université algérienne et la formation de nombreux cadres, mais reconnaît que des efforts doivent être faits pour se parfaire. Des nouveautés sont prévues dans le prochain quinquennat.

Construite sur un site de 150 hectares selon les plans du célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer, l’université des sciences et de la technologie Houari-Boumediene, qui a ouvert ses portes en 1974, a soufflé, hier, ses 40 bougies. 40 ans d’existence est un parcours moyen  mais l’université, qui célèbre chaque année son anniversaire de création, a tenu à faire de sa 40e année un événement particulier.
Quoi de mieux pour marquer cette occasion que d’en faire un tournant dans l’histoire de cette université qui a réussi “le pari fou d’accueillir ses
premiers étudiants en plein chantier !” 40 ans après, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et aujourd’hui l’heure est au premier bilan. Un bilan satisfaisant et des perspectives encourageantes, c’est ce qui ressort des déclarations faites, hier, par le recteur de l’USTHB lors d’un point de presse au siège du rectorat.
Loin de tomber dans l’autosatisfaction, Benali Benzaghou tranche : “Dire que je suis satisfait totalement ! Non je ne le suis pas. Mais dire que je suis insatisfait, c’est non, je ne le suis pas !” Le conférencier croit dur comme fer que son université a contribué dans la construction de l’université algérienne et le développement du pays, et ce, par la formation de nombreux cadres. Les anciens diplômés de l’USTHB, soit plus de 70 000, sont partout en Algérie et partout dans le monde. Et contrairement à ce que pensent certains, “l’université algérienne n’est pas défaillante puisque tous les cadres du pays en sont diplômés”. Question : qu’en est-il de la qualité de l’enseignement ? À cette interrogation, Benali Benzaghou avoue “avoir du mal à y répondre car c’est à vous de faire cette évaluation”. Mais il dira, quand même, que “l’écho qui nous parvient des entreprises qui embauchent nos diplômés et les universités étrangères qui les accueillent est positif”. Et d’ajouter : “Des efforts doivent être faits pour améliorer encore les choses. Il y a des améliorations et il y a encore des difficultés.”
L’amélioration ne peut se faire sans l’évaluation du chemin parcouru tout au long de ces dernières 40 années. Et c’est ce que l’USTHB a fait dans le cadre d’une commission qui a recensé toutes les insuffisances et autres anomalies qui seront justement corrigées dans le prochain quinquennat 2015-2019.

Nouveau quinquennat 2015-2019
Sortir du cadre de la formation classique et académique et former selon les besoins du marché est le défi que tente de relever l’USTHB depuis quelques années. Les échanges et les partenariats avec de nombreuses entreprises ont même abouti à la mise en place de nouvelles formations en mastère. C’est l’objectif primordial que compte poursuivre et atteindre l’université de BEZ durant le prochain quinquennat 2015-2019. “Nous allons lancer de nouvelles générations de licence et de mastère en 2015-2016.” L’objectif est de répondre aux besoins des entreprises en axant la formation sur le master of sciences et le master of engineering.  L’ambition de Benzaghou est de mettre en place un doctorat en entreprise, mais faute de laboratoires de recherche dans certaines entreprises et l’absence de textes juridiques freine la réalisation de cette formule.
Ce que l’Usthb prévoit sûrement, c’est de lancer de nouveaux espaces pour booster la recherche scientifique et permettre à ses 5 000 chercheurs de produire plus. Il est aussi question d’œuvrer pour la généralisation de l’utilisation de l’outil informatique par l’exécution du plan de développement informatique qui est en cours d’élaboration. À cela s’ajoutent l’amélioration des conditions de vie et de travail et d’autres projets. À signaler enfin qu’un riche programme de festivités est prévu tout au long de la semaine dont notamment la promotion d’enseignant au rang magistral, la rencontre avec les anciens de l’USTHB et le prochain forum avec les chefs d’entreprise.


M B