Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Importation des arômes alimentaires

Vers la levée de l’interdiction

Ali Hamani, président de l’Association des producteurs algériens de boissons. ©Zehani/Archives Liberté

Cette levée de l’interdiction d’importation d’arômes alimentaires ne peut que réjouir les producteurs de boissons.

Intervenant hier sur un plateau d’une chaîne de télévision privée algérienne, le directeur de cabinet au ministère du Commerce, Lyes Ferroukhi, a révélé qu’une soixantaine de produits ne seront plus concernés par les restrictions à l’importation.
Cette liste comprend, essentiellement, les arômes alimentaires nécessaires, notamment, à la production de boissons. Lyes Ferroukhi a, également, fait savoir que 40 positions tarifaires seront incluses dans la liste des 1 000 produits interdits à l’importation. Il s’agit essentiellement des produits finis issus des industries du verre et de l’aluminium. La mesure deviendra effective après l’entrée en vigueur d’un décret exécutif qui sera signé incessamment par le Premier ministre Ahmed Ouyahia. Cette levée de l’interdiction d’importation d’arômes alimentaires ne peut que réjouir les producteurs de boissons.
Contacté hier par téléphone, le président de l'Association des producteurs algériens de boissons (Apab), Ali Hamani, a indiqué qu’il a pris connaissance de l’information par la presse et qu’il préfère attendre l’annonce officielle de cette levée de l’interdiction. Ali Hamani a, par ailleurs, indiqué que l’Apab a été saisie la veille (lundi, ndlr) par le ministère afin de lui fournir la liste des producteurs avec les quantités d’intrants nécessaires à chacun d’eux.
Une liste que s’apprêtait à envoyer le président de l’Apab au moment de notre appel téléphonique. Compte tenu de la situation dans laquelle se trouvent les producteurs de boissons, le président de l’Apab a insisté sur l’urgence de cette levée de l’interdiction. Il a déploré le fait d’attendre encore la signature d’un décret, alors que, comme il l’a expliqué, pour d’autres mesures, il a suffi d’une note adressée à l’Abef.
Ali Hamani a souligné que la filière boissons en Algérie vit une situation des plus critiques avec des chaînes de production qui ont commencé à être mises à l’arrêt. Les producteurs s’accrochent à cette levée de l’interdiction pour
faire redémarrer la filière.

D’ailleurs, ils sont prêts à passer commande dans l’heure qui suivra la levée de l’interdiction, a-t-il indiqué, ajoutant que certains producteurs sont même disposés à acheminer leurs commandes par fret aérien. Pour rappel, dès l’annonce de la publication d’une liste de produits suspendus à l’importation, l’Apab a transmis diverses correspondances au ministère du Commerce dans lesquelles elle a souligné la nécessité de préserver les unités de production en maintenant leur approvisionnement régulier en produits lorsque ceux-ci ne sont pas disponibles localement.
Par ailleurs, sur recommandation de la commission intersectorielle chargée du suivi et de l’évaluation des mesures de sauvegarde, l’Apab s’est réunie, le 19 février dernier, avec le consortium des fabricants d’arômes. Il en est ressorti, de l’aveu des producteurs algériens d’arômes, que ces derniers n’étaient pas en mesure, dans l’immédiat, de fournir l’industrie compte tenu de ses besoins complexes et variés en arômes. Depuis, les producteurs sont restés à l’écoute des pouvoirs publics, qui semblent enfin réagir.

Saïd Smati


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER