Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Journée de prévention contre le VIH/Sida au CHU Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou

Vers un fichier national des malades atteints du virus

Les sujets atteints du VIH/sida auront, dès la prochaine année, un identifiant unique dans le cadre de la mise en place d’un dossier électronique pour chaque malade porteur du virus.  Cette procédure entre dans le cadre de la prise en charge sanitaire des malades et de lutte contre la transmission de la maladie. Cela a été affirmé hier par le Dr Sid Mohand, chargé du programme de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) au niveau du ministère de la Santé, qui a présenté, au CHU Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou, dans le cadre d’une journée de sensibilisation contre le VIH/sida, une communication sur la stratégie nationale de lutte contre le sida. L’orateur ajoutera que le nombre de cas enregistrés en Algérie, depuis le début de l’épidémie, est de 12 083 cas dont 538 séropositifs et 33 cas de VIH/sida. Cette épidémie reste, selon ce spécialiste, faible et peu active chez la population, en général, mais reste concentrée chez des populations à haut risque, autrement dit dans le milieu de la prostitution où la prévalence est élevée. Selon lui, “depuis le début de l’épidémie, l’Algérie a suivi les recommandations et les objectifs fixés par l’OMS, et ce, en élaborant un plan national dont l’un des objectifs principaux est le dépistage”, tout en précisant qu’“en 2017, plus d’un million de tests ont été réalisés avec notamment l’introduction du test rapide qui facilite un peu plus ces campagnes de dépistage qui touchent une quinzaine wilayas du pays, alors que l’objectif espéré du programme, d’ici à 2030, est d’éliminer le VIH/sida en tant que problème de santé publique”.
Pour sa part, le Dr F. Toudeft, chef de service de prévention “Semep” au CHU Nedir-Mohamed, a souligné que “dans la wilaya de Tizi Ouzou, le laboratoire national de référence, à savoir l’Institut Pasteur, fait état de 127 séropositifs et de 47 cas de Sida cumulés depuis l’apparition de l’épidémie en 1985, alors qu’en 2018, 5 séropositifs et 1 nouveau cas de sida ont été enregistrés, mais ces chiffres ne reflètent souvent pas la réalité, et cela, malgré les efforts fournis par le ministère de la Santé pour encourager la prévention et surtout le dépistage avec plus de 60 centres spécialisés ouverts puisque les gens effectuent rarement des dépistages”. Dans le même sillage, le Dr Boubrit du laboratoire de microbiologie a fait état de 4 424 tests réalisés en 2018 au CHU de Tizi Ouzou et a insisté sur “la situation préoccupante de l’épidémie face aux différentes modalités de transmission et en l’absence d’un vaccin préventif contre de nouvelles contaminations”.
Et de conclure en rappelant “la nécessité de multiplier les campagnes de prévention contre les risques liés à la transmission du VIH/sida et le rôle important du laboratoire de microbiologie dans le dépistage de la maladie”.


K. Tighilt

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER