Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Ils sont quatre nouveaux dans le gouvernement

Walis : la grande promotion

Quatre walis ont été désignés ministres dans le nouveau gouvernement. Un fait remarquable, tant il souligne un intérêt porté aux technocrates pour manager des secteurs ministériels en tant de crise. Cela même si, dans l’absolu, la promotion de ces walis de Tlemcen, d’Oran, d’Annaba et de Blida au rang de ministres, dans le nouveau gouvernement d’Abdelmadjid Tebboune, n’est pas une nouveauté en soi. La démarche a déjà prévalu.
C’est même une sorte de tradition de voir des walis accéder au poste de ministre, une logique du pouvoir algérien qui préfère, depuis longtemps, plutôt faire confiance à des technocrates, commis au service de l’État, qu’aux politiques, susceptibles d’indiscipline, ou encore aux personnalités de la société civile et du monde universitaire, capables d’humeurs dérangeantes.
Mais est-ce vraiment le parcours qui a plaidé dans ses promotions, surtout que l’idée première du pouvoir était de structurer l’Exécutif de sorte à apparaître comme un gouvernement sinon de consensus, du moins d’union de la majorité parlementaire ? N’affirmons, cependant, rien sur l’accomplissement de leur nouveau magistère.
Il peut y avoir une insoupçonnée valeur ajoutée, pour peu que la désignation n’ait pas obéi à des critères subjectifs comme il arrive souvent dans le cas de la cooptation. Le parcours de ces walis, devenus ministres, peut plaider en leur faveur, technocrates qu’ils sont au service de l’État.
Leurs expériences sont un atout, mais seront-ils en mesure de se hisser à ce niveau de responsabilité où la technicité n’est pas le premier paramètre d’appréciation, tant est que des situations politiques exigent des gymnastiques et des  adaptations qui ne sont pas à la portée du premier commis venu.
D’ailleurs, les walis promus ministres n’ont pas le souci de bilan à défendre en tant que premiers responsables de wilaya. Leur promotion devrait valoir, normalement, un bilan positif. Au gouvernement, ils se soumettent à un autre plan comptable. Souvent, l’examen, selon ce plan, n’est pas concluant. L’ex-ministre de la Santé, qui était en poste à Oran, a été très décrié depuis plus d’un an pour sa gestion du secteur. Le wali d’Oran promu ministre dans l’équipe Tebboune ne quitte pas la wilaya sur une bonne appréciation.
Il hérite d’un portefeuille ministériel, d’un secteur sensible,  celui des transports, qu’il a laissé à Oran, dans l’anarchie la plus totale, déstructuré. Ce qui veut dire que ce n’est pas forcément le bilan qui dicte la promotion.

D. LOUKIL

ARTICLES CONNEXES

  • LE nouvel exécutif a été nommé jeudi
    Gouvernement La rupture n’y est pas

    Gouvernement La rupture n’y est pas

  • Entrée symbolique du MPA et de TAJ au gouvernement
    Sellal-partis politiques : l’inutile casting

    Il semble que l’échec des pourparlers avec le MSP a perturbé le pouvoir dans sa tentative d’ouverture sur la classe politique, sur un de ses segments pour être plus exact.

  • Actualité
    Liste du nouveau gouvernement

    Le président de la République a nommé jeudi les membres du nouveau gouvernement, conduit par le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué un communiqué de la présidence de la République(...)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER