Scroll To Top

A la une / Actualité

UNE SEMAINE APRÈS SON ARRESTATION À BÉJAÏA

Zahir Moulaoui placé sous mandat de dépôt à Alger

© D. R.

L’activiste du Hirak et ancien policier Zahir Moulaoui a été placé sous mandat de dépôt, hier, par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed d'Alger, nous a affirmé Me Mourad Zenati, membre du collectif de défense.

Pour rappel, cet ancien policier de Béjaïa, qui avait rejoint le mouvement populaire né le 22 Février, en mars 2019, a été arrêté par la police le 5 octobre dernier, alors qu’il s’apprêtait à manifester aux côtés d’autres citoyens dans la capitale des Hammadites, à l’occasion de la commémoration du 33e anniversaire du soulèvement populaire d’Octobre 1988.

Conduit au commissariat central de la même ville, il sera placé en garde à vue pendant une semaine. C’est hier, mardi 12 octobre 2021, dans la matinée, qu’il a été transféré à Alger pour être présenté devant le parquet du pôle pénal de Sidi M'hamed (Alger).

Par ailleurs, le tribunal correctionnel de Béjaïa a rendu son verdict, hier, dans l’affaire de l’enseignant universitaire Hakim Oumokrane, connu pour son engagement dans le mouvement de contestation populaire du Hirak.

Selon Me Nora Ouali, avocate de la défense, son mandant a écopé d'une amende de 50 000 DA, alors que le procureur de la République avait requis, lors du procès tenu le 5 octobre dernier, une amende de 100 000 DA.

Poursuivi pour “outrage à corps constitués”, le mis en cause avait été condamné à son insu, le 19 janvier 2021, à verser une amende de 200 000 DA.

Un jugement par défaut contre lequel l’inculpé a fait opposition, a précisé Me Ouali, rappelant que M. Oumokrane a été jugé pour ses publications hostiles à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019, diffusées sur les réseaux sociaux.

Enfin, il y a lieu de signaler que l’activiste du Hirak, El-Hacène Sayad, également militant du RCD de Chemini, a comparu le lundi 11 octobre, devant le tribunal correctionnel de Sidi Aïch, lequel a mis en délibéré son verdict pour le 18 octobre prochain.

Le mis en cause est poursuivi pour “incitation à attroupement non armé”, après avoir partagé sur sa page Facebook des publications appelant à la marche organisée le 29 mai dernier, au chef-lieu de daïra de Chemini, en soutien au jeune militant du Hirak, Mohand Ouramtane Haddadou, arrêté à Alger.
 

KAMAL OUHNIA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER