Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Auto-News

Conduire et se conduire autrement

Ces travaux qui s’éternisent et qui tuent !

Si vous traversez notre grand et beau pays, vous aurez à constater qu’il y a des travaux partout. C’est bien, cela prouve que des gens travaillent de ce pays. Sur les routes, c’est la sécurité qui n’y est pas, aussi bien pour les ouvriers qui font ce qu’ils peuvent que les conducteurs.
D’abord la signalisation des travaux en cours ou même terminés. En effet, par endroits, vous remarquerez toutes les plaques que comporte le code de la route qui sont installées, ça ressemble à un sapin de Noël. Dans d’autres endroits, il n’y en a presque pas : c’est le cas des travaux situés à 25 km d’El-Menia, à Ghardaïa. Des travaux qui durent et qui s’éternisent. C’est un danger permanent sur la RN1 qui mène vers In Salah, Tamanrasset et les frontières maliennes et nigériennes. Partout sur nos routes, les ouvriers sont transportés assis à l’arrière des camions, dans l’insécurité, la chaleur, et sur de longues distances. Pourtant, ces entreprises facturent le km le plus cher au monde. Alors, messieurs, donnez-nous pour notre argent, une route bien faite, des ouvriers travaillant en toute sécurité et bien payés pour qu’ils nous donnent un bon résultat sur le terrain ! La signalisation des travaux visible de jour comme de nuit. Avec des lanternes lumineuses, avec des groupes électrogènes, des panneaux solaires, des poteaux portables solaires. À Hassi R’mel, à Laghouat, des travaux terminés ont causé trois accidents de la route, les 20 et 21 février 2012. Une fois les travaux terminés, par économie ou par "je m’en-foutisme", certaines entreprises de réfection de la chaussée, laissent des gravats, du bitume et autres restes sur la chaussée ou ses abords.
Bonjour, l’écologie ! Il y a même ceux qui trichent sur la qualité de travaux. Figurez-vous qu’il y a des entrepreneurs peu scrupuleux qui arrosent le tuf compacté de la chaussée lors des réfections avec de l’huile brulée. Eh bien oui. Des gens comme ça, ça existe. D’où les fissures qui apparaissent juste après quelques jours. Et, puis on remet ça. C’est à se demander si des directions de travaux publics existent dans ces wilayas ! Que font les maisons cantonnières ? Eh bien, elles se cantonnent bien à l’intérieur de ces belles citadelles dont les bureaux sont climatisés, roses, rouges et marrons. Elles donnent l’impression de villas de vacances. L’exécution et la qualité des travaux devront être contrôlées par des spécialistes sur place. La bonne exécution, la signalisation des travaux, l’éclairage des travaux et la garantie, telles sont les revendications des conducteurs. En attendant, restons vigilants ! Faites attention aux travaux qui donnent l’impression de grosses taupes travaillant dans le noir.


Y. B. M.