Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Auto-News

conduire et se conduire autrement

Nos routes, entre éclairage et visions futuristes

Est-ce que nous avons une vision du futur chez nous ou naviguons-nous au sonar ? D’après nos constats sur le terrain, nous n’avons pas de stratégie de développement  claire. Un exemple de l’éclairage public, des villes, routes et autoroutes. Comment sont-elles éclairées ? On demande aux citoyens de réduire la consommation d’électricité en éteignant leurs climatiseurs, le réduire à 20 degrés. Ce qui est en parfaite contradiction, est que l’on dépense des milliards de centimes pour installer des poteaux pour l’éclairage des routes et autoroutes, puis ils restent éteints dans leur majorité. Figurez-vous que l’on installe 21 à 22 poteaux électriques par kilomètre, et multipliez celui-ci par 4 ampoules de 250 Watts. Et à raison de : 200 000 DA le poteau.
Faites vos comptes. Pour vérifier s’il y a une ou des ampoules qui ne fonctionnent pas, on allume tout le tronçon toute la journée. Pour réduire la consommation d’énergie, la solution consiste en l’installation d’un système qui permettrait de réduire de moitié l’éclairage public après une certaine heure, d’installer moins de poteaux, 3 fois moins. Et en solaire ! Car un poteau solaire couterait 180 000 DA/pièce, sans câble pour l’alimenter, sans polluer la vue et défigurer la nature, ne nous coutera pas une goutte de pétrole ou gaz. La commande peut être locale et ne toucherait pas le réseau national de distribution. Pourquoi continuons à diaboliser le solaire et dire que c’est cher ? Je pense que non seulement on y gagnera beaucoup en terme financier, mais aussi à créer de l’emploi dans un marché encore à notre portée. C’est quand même étonnant de voir que dans la plupart des marchés publics, on exige les produits aux normes CEE. Nous voulons des produits aux normes algériennes conçus par des Algériens et nous imposeront nos normes “Made in Algeria” aussi.
Passons à l’encastrement, aux souterrains et au solaire. Gardons quelques gouttes de pétrole et de gaz aux générations futures. En attendant, éclairez-nous juste pour éviter les nids de poule, d’autruche et pouvoir voir le piétons sur l’autoroute, les engins des travaux, les plaques de signalisation. S’il y en a…


Y. B. M.