Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Auto-News

Auto-News

Péage sur les autoroutes : qui doit payer quoi ?

On en parle de plus en plus du futur péage de l’autoroute ! Est-ce juste un ballon de sonde d’essai pour voir la réaction des usagers ou on veut vraiment nous faire payer les sommes colossales gaspillées dans les retards de réalisation ? La vignette n’est-elle pas elle-même une taxe routière, le contrôle technique, n’est-il pas aussi une autre taxe ajoutée ?
Et… enfin, le citoyen algérien, n’est-il pas lui-même, maître d’œuvre, puisqu’il a sa part dans les ressources naturelles et tout ce qu’il en résulte ? On voit bien certaines entreprises qui activent dans les travaux de réalisation des routes et tronçons d’autoroute, qui mettent les panneaux où on pouvait lire «On travaille pour vous», et même qu’ils ajoutent, d’autres pour la gêne causée aux usagers.
Est-ce juste un leurre ? Pour chaque tronçon à réaliser, il devrait y avoir la fiche technique des travaux, quelle société qui le réalise, son siège social, le délai, la durée, le coût, on faudrait que l’on sache combien cela va nous coûter, et surtout, la durée de la garantie. Car, on a tendance à oublier cela. Il est temps que l’on nous dise ce que nous réceptionnons comme route. Une autoroute, c’est un minimum de quatre couloirs. Or, chez nous, c’est un maximum de trois et parfois deux couloirs. En quelque sorte, c’est une route rapide fourre-tout. On y trouve du petit tracteur, motocyclette, des cycles, piétons, rétrochargeuses et j’en passe. C’est tout, sauf une autoroute.
Dans une autoroute, il doit y avoir, un couloir spécial pour les poids lourds et transports des voyageurs, un couloir pour les ambulances, la gendarmerie, la Protection civile et les cortèges officiels, et deux couloirs pour les véhicules légers. Donc, par certains endroits l’actuelle “autoroute” ne répond pas à ces conditions. Par autres, c’est l’ancienne route qui a été transformée en autoroute. Or, il faut donner le choix à l’automobiliste qui veut rouler doucement pour apprécier les beaux paysages, en toute sécurité.
Comment ? En les maintenant et les remettant en état, avec toute la signalisation, feux tricolores, traverses piétonnières, etc.
Pour le moment, on fait avec notre route rapide à deux voies, car avec les ventes de plus en plus en hausse chaque année, les travaux publics seront vite dépassés. Conducteurs, soyez prudents sur nos routes, elles sont aussi dangereuses que cauchemardesques…


Y. B. M.