Scroll To Top

Auto / Auto-News

UNE ÉTUDE FRANÇAISE DÉVOILE TROIS SCÉNARIOS

Quid de l’emploi dans l’automobile d’ici à 2030 ?

© D.R

Dans le cas de la France, la “politique de relance” semble le plus favorable à l’emploi dans le secteur de l’automobile qui compterait environ 400 000 salariés en 2030, contre 340 000 en 2019.

Dans son étude prospective, l’Observatoire des services de l’automobile propose trois scénarios qui font écho aux trois grandes crises actuelles : la crise sanitaire, la crise économique et la crise écologique (réchauffement climatique). Selon le site en ligne Decisionatelier, le premier scénario dépeint une politique d’austérité. “Cette dernière implique une baisse des dépenses publiques et ainsi, par exemple, une baisse de la prime à la conversion.

Ce scénario comprend un vieillissement du parc, un fort recul des ventes de véhicules neufs et électriques, mais bénéficie au secteur du transport routier”, révèle ladite étude, affirmant que l’emploi serait en baisse dans les concessions et les carrosseries, conserverait sa stabilité dans les ateliers et dans les ateliers de contrôle technique et serait en hausse dans le camion.

“Vient ensuite un scénario tourné vers la relance”, indique-t-on. Celui-ci permettra un investissement public boosté, une prime à la conversion efficace et un nouveau contrôle technique anti-pollution. Il implique également une politique de report du fret routier vers le ferroviaire et le bateau. “Côté automobile, ce scénario suppose une restriction des véhicules en ville, ainsi qu’un abaissement des vitesses à 110 km/h sur les autoroutes et 30 km/h en ville.”

De plus, ajoute l’étude, “il est favorable à un renouvellement des véhicules (via notamment la LOA), une baisse des prix des VE et donc une immatriculation majoritairement électrique en 2030, et enfin une professionnalisation du VO en développement”.

Au niveau de l’emploi, la politique de relance permet “une stabilité dans les carrosseries et le secteur du transport”, mais aussi “une augmentation de l’emploi en concession, garages et les ateliers de contrôle technique”. 

Quant au troisième scénario, il s’attache à une “politique écologique”. Celui-ci est favorable à une annualisation du contrôle technique, ce qui entraîne une forte demande de salariés. “A contrario, il est défavorable au secteur du transport routier. Et malgré une baisse significative chez les carrosseries, les ateliers s’en sortent bien grâce à une plus forte utilisation du parc automobile”, explique-t-on. 

En conclusion, indique l’Observatoire des services de l’automobile, le scénario de la “politique de relance” semble le plus favorable à l’emploi dans le secteur de l’automobile qui compterait environ 400 000 salariés en 2030, contre 340 000 en 2019.

“Dans les scénarios 2 et 3, le besoin de main-d’œuvre consécutif aux départs en retraite serait de 7900 par an, contre 7600 dans le scénario austère, qui baisserait l’activité du secteur automobile”, conclut cet observatoire qui affiche un optimisme très mesuré.

 


F. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER