Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Auto-News

conduire et se conduire autrement

Sensibilisation et conducteur sur console

Le tout-sensibilisation a montré ses limites. Nos jeunes sont influencés par la conduite style console de jeux, que même s’il percute un piéton, une barrière de sécurité, un autre véhicule ou fait plusieurs tonneaux, c’est virtuel. Vous avez juste la mention : “Game over”. Et vous reprenez le jeu après avoir remis quelques sous dans la fente du jukebox. La réalité est tout autre, ce sont des morts et des blessés qu’un chauffard n’enregistre pas des points sur son compteur. Lors des différentes émissions (TV et radios), des jeunes s’expriment parfois de façon à vous donner la chair de poule. Ils sont vraiment inconscients. Genre, on ne vit qu’une fois, ou j’ai envie de vivre à 200 à l’heure, et j’en passe. C’est la faute à qui et quoi ! A tous, et en premier lieu aux parents. Donc les tuteurs ! J’ai eu à rencontrer des jeunes qui ont été “instruits” à faire de la vitesse, sinon ils ne seront pas autorisés à conduire. La formation et les modalités d’obtention du permis sont à revoir. Un examen médical sérieux et un test psychotechnique est indispensable. Car n’est pas conducteur qui veut. Si, chez nous, avoir un véhicule est un must, ailleurs ce n’est guère le cas. Mais il y a d’autres moyens plus rapides et sécurisés. La sensibilisation commence à la maison, avec la conduite des parents qui doivent donner l’exemple, puis viendra la conduite en société : comment vivre ensemble. L’Etat doit donner plus de moyens aux gens sincères, dévoués, crédibles et désintéressés, pour servir de trait d’union entre la société et l’Etat. La vraie société civile attend qu’il y ait un vrai statut et surtout une réelle approche pour se mettre en action sur le terrain et non dans les salles climatisées, pour servir le citoyen, sans contrepartie. Nous attendons aussi que toutes les associations conjuguent leurs efforts et actions pour réussir la réduction du nombre de morts sur nos routes. Les concessionnaires devraient également s’impliquer dans la lutte contre le terrorisme routier. Soit en sponsorisant les associations qui activent sur le terrain ou en devenant un partenaire à part entière, soit en affichant des slogans de sensibilisation sur leurs différents produits.


Y. B. M.