Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Born to Kill: “la naissance” d’un serial killer

D.R.

Dans la famille des serial killers en herbe, nous avions déjà Bates Motel, pour l’univers des séries et We Need to Talk About Kevin au cinéma. Dans Born To Kill des créatrices Tracey Malone et Kate Ashfield, on retrouve les mêmes prémices et ce rapport ambivalent à la mère, mais la sulfureuse mini-série britannique, propose aussi des variations glaçantes sur ce thème.

Sam, 16 ans est un jeune garçon avenant, qui vit seul avec sa mère, Jenny. Il lui prépare son petit déjeuner tous les matins avant d’aller au lycée, fait la lecture aux patients de l’hôpital où elle est infirmière. Il est charmant et gentil, mais est aussi manipulateur, mythomane, il a des accès de violence incompréhensibles, il manque cruellement d’empathie et est animé par des pulsions meurtrières.

Sam croit que son père qu’il idéalise est mort, en réalité, il est en prison pour avoir tué l’amant de sa femme devant les yeux de cette dernière.

L’absence du père, la surprotection maternelle et la rencontre avec une jeune camarade qui ne le laisse pas indifférent, vont l’entraîner dans une funeste spirale infernale.

Thriller en quatre épisodes à la courbe dramatique parfaite, la mini-série est formidablement interprété ; dans le rôle de la mère, on trouve une exceptionnelle Romola Garai. Jack Rowan est tout aussi impressionnant dans le rôle de l’ado tueur, il est d’une justesse sans nom.

Serais-tu un monstre mon fils ?

Episode après épisode, on découvre le vrai visage de ce garçon, qui tente de se conformer aux normes sociales, il a des amis, essaie d’avoir une petite-amie, mais le mal arrive d’une façon discrète et Jenny assiste impuissante à la transformation de son fils.

La mini-série semble s’interroger sur les notions d’inné et d’acquis pour tenter de cerner le comportement de Sam et d’éclairer sa conduite meurtrière.

Nait-on tueur ? Le devient-on ? D’où vient le crime? De la nature ou de l’éducation? Comment réagir lorsqu’une mère découvre que son fils est un tueur en série ? Comment endiguer l’escalade de violence d’un être aimé ? Des questions que Born to Kill aborde sans toutefois y répondre ; tout, mais finalement rien, peut expliquer l’inexplicable, les auteurs ont l’intelligence de laisser la question ouverte, chacun se fera son opinion.

Au-delà de ces propos, l’intérêt de la série réside dans la relation mère-fils, dans le combat désespéré de cette mère pour comprendre son fils et l’arrêter avant l’irrémédiable.

Born to Kill pèche un peu lorsqu’elle tente d’expliquer les racines du mal, en exploitant l’arrière plan familial; un traumatisme enfoui, un mensonge « bien intentionné », une figure paternelle absente et fantasmée… Une  tentative de décryptage psychologique pour trouver au personnage « un mot d’excuse », des circonstances atténuantes, mais qui se qui se révèle un peu…bancale.

En quatre épisodes qui nous tiennent en haleine de bout en bout, Born To Kill convainc grâce à un scénario efficace, un casting impeccable, et une excellente réalisation (signée Bruce Goodison) délivrant  un récit intense, angoissant et perturbant par moments dont seule la fiction britannique a le secret…

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER