Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Britannia, pâle héritière de Game of Thrones

©D.R.

Univers épique, druides, malédictions, magie et Rome antique sont au programme de la nouvelle série coproduite par Sky Atlantic et Amazon ; Britannia. Le trip fantasy dans les terres celtiques de la Grande-Bretagne imaginé par le scénariste Jez Butterworth (Edge of Tomorrow, 007 Spectre) surfe sur l’engouement de l’historico-fantastique à l’écran.

Game of Thrones a-t-elle trouvé une héritière en Britannia ?

La conquête romaine de la Grande-Bretagne couplée à de la magie et des intrigues claniques, voilà qui parait prometteur à première vue. A la seconde, un peu moins, la série britannique peine à nous embarquer dans son monde.                                                                                                                                                                   

Popcorn a vu la première saison, il vous en parle !

De quoi ça parle...

En l’an 43 après Jésus-Christ, des milliers de légionnaires romains menés par l’impitoyable général Aulus Plautius, partent à la conquête des îles britanniques. Près d’un siècle plus tôt, Jules César avait échoué à conquérir cette région peuplée entre autres de druides, sorcières et autres créatures maléfiques.

Ceux qui espèrent une série historique ne tiendront même pas un épisode, car Britannia n’en est pas une, elle se sert d’une époque, prend quelques libertés historiques en tricotant un scénario fantasy…Du moins, Popcorn est à peu près sûr que les démons, les zombies et les sorcières n’existent pas vraiment.

Le premier épisode ; un peu long et lent est bavard pour nous présenter l’univers de la série, les différents protagonistes et les enjeux.

Ainsi, hormis les légions romaines, on introduit les tribus qui peuplent la Bretagne insulaire.

Il y a d’abord les druides ; sorte de mages cadavériques menés par Veran, et deux tribus rivales ; les Regni qui disent avoir été trahis par les Cantii, guerriers celtes.

Parallèlement, une jeune Cantii, seule survivante de son village et un Druide banni, se retrouvent à faire équipe malgré eux contre les romains.

Un duo incongru qui n’est pas sans nous rappeler Arya Stark et Sandor Clegane dans Game of Thrones.                                                                                                                                                                                            Eh oui ! Impossible de ne pas penser à la série d’HBO à la vue de Britannia ; alliances, trahisons,  manipulations, stratégies, morts violentes et sanglantes, rivalités familiales, loups et corbeaux (pas de dragon pour l’instant), mais aussi le fait que Britannia installe une multitude de personnages issus de différents milieux à la manière de Game of Thrones.

Au fil des épisodes, les  multiples personnages, incarnés par des visages familiers gagnent en complexité, tout en restant un peu, prisonniers des stéréotypes. Mais, il y a quelques uns qui sortent du lot et sont de réelles figures de proue de la série, dont plusieurs personnages féminins forts ;

Mix entre Merida de Rebelle, Lagertha de Vikings et Furiosa de Mad Max: Fury Road, Kelly Reilly est flamboyante en Kerra fille du roi des Cantii, qui va devenir le fer de lance de la lutte contre la puissante armée romaine. La guerrière est sans nul doute le personnage le plus emblématique et le plus charismatique d’une série, qui fait la part belle aux rôles féminins.

Aulus Plautius, incarné par David Morrissey, célèbre gouverneur sociopathe de The Walking Dead, les sériephiles le retrouvent une nouvelle fois dans le rôle du grand méchant. À la limite du sur jeu sur certains passages, l’acteur en fait un poil trop, mais son assurance prend malgré tout le dessus.

Autre acteur remarqué par sa performance: Nikolaj Lie Kaas (The Killing). Il prête ses traits à Divis, un druide rejeté par ses pairs car possédé par un démon.

Manque de rythme 

Rares sont les moments véritablement passionnants dans Britannia, où le spectateur est happé par le scénario. Les enjeux et intrigues manquent de complexité. Très basiques, on ne sent pas en eux, le potentiel de la série.

Le budget limité du show, se voit malgré quelques combats sympathiques et divertissants mais pas assez nombreux .

Gros plans, ralentis, photographie psychédélique, aspect brumeux ; les scènes mystiques transpirent parfois le kitch.

Cette mise en scène est accompagnée d’une musique propre à  Britannia et d’un générique improbable aux couleurs criardes, avec la chanson folk Hurdy Gurdy Man de Donovan.

 

Pâle cousine de Game of Thrones, Britannia, aura vraisemblablement du mal à tenir sur huit saisons, mais elle n’est pas complètement dénuée d’intérêt, encore faut-il adhérer à son atmosphère mi-onirique mi-fantastique, elle reste correcte et divertissante.

Britannia arrive à l’heure des séries de grandes qualités, et où il faut véritablement atteindre un niveau d’excellence à tous les niveaux pour sortir du lot, il ne manque pas grand-chose à la série pour y parvenir, mais elle n’est pas encore là, elle conviendra malgré tout, comme encas, histoire de patienter en attendant 2019.

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER