Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Cafouillage

Amar Saâdani se reprend, Hamid Grine s’explique : les réactions politiques et médiatiques provoquées par “le message présidentiel” semblent avoir eu de l’effet en haut lieu. Dans deux rencontres séparées, officieuses et plutôt “amicales” avec deux journalistes, le ministre de la Communication a tenu à livrer, comme pour rassurer la corporation, l’origine de la petite phrase méchante sur la presse contenue dans une version du message lu à Ghardaïa par un des conseillers du chef de l’État, au nom de celui-ci. À en croire cette “confidence” de M. Grine, Bouteflika aurait personnellement biffé le passage incriminé mais on a omis de tenir compte de cette correction dans la version traduite du texte.
Première conclusion : le président de la République ne s’est donc pas attaqué à la presse. Il s’y serait même refusé. Voilà déjà qui donne raison, du moins en partie, à l’opposition qui a immédiatement réagi en exprimant des doutes sur le véritable émetteur du message en question.
Seconde conclusion : les attaques virulentes contre l’opposition politique et ses principaux leaders émaneraient bel et bien, en revanche, du chef de l’État lui-même. Il les aurait, tout au moins, cautionnées et “endossées” puisqu’il n’aurait pas jugé utile d’en élaguer le texte.
Il reste que, même sur ce chapitre, le flou reste total. Car, pendant que M. Grine donnait cette version des faits à ses invités, Amar Saâdani s’employait, lui, à un tout autre exercice : celui qui consiste à prendre ses distances de ces attaques. Pourquoi donc le chef du FLN se sent-il brusquement contraint de revoir sa copie après avoir assumé, pleinement, dans un long communiqué, les accusations proférées à l’encontre de l’opposition en les reprenant à son compte ? En sait-il, désormais, plus sur “la véritable origine” de ces attaques, puisqu’à présent, il semble vouloir s’en démarquer ? Nous assistons, là aussi, à un revirement spectaculaire et à un cafouillage qui ne manqueront pas de conforter, encore un peu plus, les interrogations de l’opposition sur l’identité de l’auteur du message du 19 Mars.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER