Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

"Dear White People" est une série brillante! La preuve par 4

©D.R.

Il est facile de passer à côté d’une bonne série, tant les TV shows abondent. Mise en ligne l’année dernière, Dear White People mérite beaucoup qu’on s’y intéresse. La satire de Netflix, dénonce le racisme avec beaucoup d’humour et d’intelligence.                                                                                                                                                                                          Avec 2 saisons au compteur, cette série est inspirée du  film éponyme de Justin Simien sorti en 2014 lui même basé sur le livre également du même nom.

Le pitch

La série suit le combat d’étudiants afro-américains d’une prestigieuse université américaine qui dénoncent les injustices dont ils sont victimes. Ils sont une minorité, mais comptent bien se faire entendre et changer les choses, comme le prouve Samantha White, une jeune étudiante et militante qui suscite la polémique au sein du campus avec son émission radio intitulée Dear White People.

Lorsqu’une soirée « blackface » (une soirée où les participants doivent se déguiser en personnes noires) est organisée, les tensions s’élèvent et les réactions se multiplient forçant les étudiants à réagir et réfléchir.

Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles Dear White People est l’une des meilleures séries Netflix, dont 4 sont présentées dans cet article. Attention série addictive !

Drôle

Dear White People n’est pas une série austère et moralisatrice, c’est tout le contraire. La série est drôle, très drôle. Elle propose un humour intelligent et caustique qui appuie là où ça fait mal, quitte à faire grincer des dents entre deux éclats de rire. Dans les épisodes de Dear White People; les vannes fusent, les répliques sont cinglantes et tout le monde en prend pour son grade, qu'importe la couleur de peau.

Sans prendre de gants donc, mais sans agressivité non plus, Dear White People interpelle avec  humour et justesse des sujets sensibles et actuels.

Engagée

Racisme, identité, ethnicité, discrimination sociale, appropriation culturelle, misogynie, intégration, Cyber-BullyingDear White People n’épargne rien ni personne et traite le tout de façon intelligente et nécessaire, tout en fournissant des éléments pour réfléchir à ces notions, le tout avec un rythme efficace et un ton ironique.

Avec un casting en majorité afro-américain, Dear White People  flingue les clichés et donne enfin la parole aux intéressés. Une belle galerie de personnages que l’on prend plaisir à suivre et qui insufflent un vent de fraicheur qui fait du bien sur le paysage sériel.

Complexe

 

La série est bien moins binaire que son titre le suggérerait. Dans Dear White People on n’est pas dans une opposition simpliste entre les gentils noirs et les méchants blancs, la série est bien plus intelligente et nuancée que cela.                                                                                                                                            Au Au sein même de la communauté afro-américaine, il y a des divergences et des divisions qui seront de plus en plus marquées et virulentes.

Si Sam est la voix de Dear White People, elle n’est pas la seule représentée. La série passe d’un personnage à un autre à chaque épisode, multipliant ainsi les points de vue. Ça rend le tout, complexe et brillant.

Belle

Outre sa dimension politique stimulante, Dear White People séduit également grâce à son habillage, elle est magnifique à regarder ;  casting parfait, bande originale décalée, engagée et enivrante, à l'image de la série.

Dear White People s’efforce de garder une esthétique pleine de vie et de fantaisie contrastant avec la dureté de ce qui se passe entre les murs du campus. 

Visuellement, Simien impose un style soigné et unique, la réalisation est d’un haut niveau, les épisodes mis en scène par Barry Jenkins (le réalisateur de Moonlight confirme lors de l’épisode 5 son excellence) et Kimberly Peirce notamment sont de toute beauté.                                                   

Dear White People est un bijou qui valse entre autodérision, revendications et prise de position. La série adresse un message engagé de manière drôle et pertinente, et quand c’est accompagné d’une réalisation aussi sophistiquée, que demander de plus?

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER