Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Écotourisme: un tourisme durable, entre bien-être et responsabilité

©D.R.

« Le tourisme m'apparaît comme une forme moderne de la peste, s'abattant sur un lieu et s'attaquant sans distinction à toute espèce de vie. » 

Eugène Green, La Bataille de Roncevaux (2009)


Le domaine du tourisme a connu une évolution fulgurante ces dernières années, suite à la mondialisation. Les retombées de ce tourisme « de masse» ne sont pas réjouissantes : des villes surpeuplées, des habitants excédés, et des ressources qui s’épuisent peu à peu. Malheureusement, le même phénomène commence à apparaître en Algérie.
Longtemps mise sur le banc de touche pour des raisons sécuritaires, l’Algérie ouvre progressivement ses portes aux touristes locaux et étrangers. De plus en plus de personnes jettent leur dévolu sur ses plages paradisiaques, ses sentiers de montagne et ses dunes mythiques.
Mais, dès l’été, les plages sont bondées, le loyer flambe et les rues se transforment en décharge à ciel ouvert.
La forêt de l’Akfadou, célèbre pour son lac noir, subit également un afflux sans précédent : les bus et les voitures pénètrent jusqu’aux berges du lac, piétinant la végétation, dérangeant la faune et la flore et laissant derrière eux quantité de déchets. Même le Sahara n’a pas été épargné et arbore, au lendemain du réveillon, des ordures à perte de vue.
L’écotourisme s’impose donc comme nécessité plutôt qu’alternative.
Tout d’abord, définissons cette notion : Il s’agit, selon la Société Internationale de l'écotourisme, d’une forme de voyage responsable dans les espaces naturels, qui contribue à la protection de l'environnement et au bien être des populations locales.
Plus qu’un concept purement économique, c’est une philosophie. C’est une façon de voyager qui, par opposition au tourisme de masse, privilégie l’expérience humaine, la simplicité, l’authenticité et le respect de l’environnement et de l’habitant.
L’écotourisme est basé sur un certain nombre de principes tels que :

  • Maximiser la participation de la population locale dans la conception du séjour, que ce soit pour la préparation des repas, l’animation ou en faisant appel à des guides locaux, afin de créer des emplois et relancer l’économie de la région.
  • Respecter et mettre la richesse culturelle et les traditions en avant, en favorisant les gîtes et les maisons d’hôtes typiques plutôt que les grandes chaînes hôtelières
  • Limiter au maximum la pollution de l’air, de l’eau et du sol et la production de déchets, et maintenir, voir améliorer, la propreté de l’environnement rural et urbain.

Le concept d’écotourisme est encore à ses débuts, et il reste beaucoup de défis à relever : le nombre de gîtes, de maisons d’hôtes et de chalets de montagne est largement insuffisant. Il est également nécessaire d’améliorer la gestion des parcs et forêt en créant une « police de l’environnement » qui
veillerait au respect de la propreté des lieux, ainsi que sensibiliser la population et la familiariser avec un mode de voyage sain et respectueux de l’environnement et des communautés locales.


Yasmine MÉGUENI

Chargée de séjour dans une Agence de voyage


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER