Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Écroulement de la passerelle piétonne : à qui faut-il attribuer la paternité de l’accident?

©D.R.

Si vous croyez que l’évènement redoutable de l’effondrement de la passerelle piétonne sur l’autoroute Est-Ouest est dû simplement au violent impact du camion porteur, cet article est fait pour vous!

Le dimanche 25 mars 2018 une passerelle piétonne surplombant l’autoroute Est-Ouest dans la région de Khemis El Khachna s’est écroulée en causant la mort de trois personnes et en rendant l’autoroute indisponible pour un bon moment. Selon les déclarations de certains responsables impliqués en post événement, un camion porteur excédant la limite de la hauteur libre de la passerelle était à l’origine de ce malheur. Si le conducteur du camion n’a pas fait preuve de diligence raisonnable en circulant avec un véhicule hors norme sans escorte ni permis spécial, qu’a fait le maitre d’ouvrage (l’Agence Nationale des Autoroutes) pour éviter ce genre d’accident? Ce dernier a-t-il exercé son devoir de prévoyance et d’efficacité face à ce risque potentiel?

L’information relayée par les médias retient comme cause prépondérante la surhauteur du camion alors que plusieurs facteurs anormaux étaient réunis pour favoriser l’accident.

Le gros bon sens est de ne pas s’attarder sur la hauteur du camion qui est la cause immédiate évidente, mais sur les causes profondes pour résoudre une bonne fois pour toute ce problème. Un accident ne résulte pas d’une cause unique mais de la combinaison de déficiences, la démarche des 5 pourquoi permet de diagnostiquer et de cerner le problème. En voici la démonstration:

 1. Pourquoi la passerelle s’est écroulée? Parce qu’il y a eu un impact violent contre sa structure supposée stable, solide et contreventée;

2. pourquoi il y a eu cet impact? Parce que le camion dépasse la hauteur libre de la passerelle;

3. pourquoi le camion est en surhauteur? Parce que le conducteur n’a pas évalué le dégagement nécessaire en plus de l’absence de dispositif de surveillance et de détection anticipée;

4. Pourquoi le conducteur n’a pas fait preuve de prudence et pourquoi le dispositif n’est pas en place? Parce qu’il y a eu négligence de la part du conducteur et du maitre d’ouvrage qui n’a pas su préserver ses infrastructures et protéger les usagers de l’autoroute. Ainsi après 4 pourquoi, prend fin le processus factuel. A ce titre, il n’est pas irrationnel de conclure sous toutes réserves qu’il y a une responsabilité partagée et il incombe à l’A.N.A de démontrer qu’elle n’ a pas été négligente.

                                                                                                                                                           

Il est regrettable que beaucoup d’évènements malheureux ont eu pour épilogue : soit destin inévitable pourquoi vouloir l’éviter ou bien tout ce qui peut arriver arrivera! Avec cette mentalité, la réitération de ce genre d’événement est possible, c’est une question de temps pour que l’accident cherche plus de victimes et faire plus de dégâts. Les signes avant-coureurs d’insécurité autoroutière se sont manifestés à travers cet accident! Que faut-il faire pourque l’ANA soit responsable et digne de confiance? Tout simplement doter l’autoroute d’une configuration de base avec quelques aménagements, repenser la signalisation et développer la culture de prévention primaire.  

Par ailleurs, la communication affichée à travers un panneau de prescription de hauteur accroché à la structure d’un viaduc n’améliore pas substantiellement la sécurité routière. Cependant, la signalisation avancé et l’aspect visuel (panneau à LED solaire) permet d’attirer l’attention et d’éviter les événements intempestifs. Les portiques de détections du gabarit des poids lourds est d’une grande importance et constitue la première barrière de prévention. D’autres mesures telles que le contrôle et la surveillance autoroutière sont nécessaires pour, par exemple, vérifier l’accès aux tunnels avec les matières dangereuses, intercepter les délinquants et j’en passe. Enfin le laxisme qui revient cher et fait croitre les risques est un luxe qu’on ne peut se permettre.

Djamel GAHAM

Préventeur

Pour la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER