Érudit dites-vous?

Dessin représentant El Rûmi/©D.R.

Il était 10H00 ce vendredi 16 février quand je me suis réveillée par mes alertes SMS, j’ouvre un premier  message et je lis : « le grand érudit Al Naboulci est à Oran pour une conférence spirituelle, lui seul saura répondre à tes questions et te remettre sur le droit chemin, il sera à la grande mosquée  Ibn Badis aujourd’hui à partir de 13h30, j’espère te retrouver là bas »

Je me lève en sursaut : « Érudit, conférence, Ibn Badis, Al Naboulci ? »

Je me lève d’un coup, j’ai un vertige qui me fait perdre mon équilibre, je m’assoie au coin de mon lit pour retrouver mes esprits : « Al Naboulci » mon cerveau ne cesse de  répéter ce nom en boucle...

 Que ce monde sait-il des l’érudits ?  Combien  d’érudits y’a t-il dans les pays musulmans ? Que disent-ils ? Que pensent-ils, comment vivent-ils ? Qu’ont-ils offert à la société dans laquelle ils vivent ? Qu’ont ils donné aux associations caritatives? Comment gèrent- ils leurs fortunes,  que pensent-ils de tout ce qui se passe dans l’actualité ?

« Les mosquées sont pleines et les cœurs sont  vides » dis- je en soupirant lorsque je décide de préparer enfin mon petit déjeuner.

Je me remémore ce que j’ai subi il y à peine quelques jours  lorsque j’ai bravé avec mes confrères ( médecins résidents) l’interdit en manifestant pacifiquement dans les rues d’Alger , comment la police m’a interpelée , comment  on m’a embarquée telle une criminelle, car je voulais simplement exprimer  mon désarroi  face aux conditions dans lesquelles j’exerce ma profession, qu’a-t-elle fait la mosquée ? Elle a choisi de prêcher pour l’interdiction,  la répression et le refoulement de toute manifestation dans le pays. On a fait de l’Islam une religion instrumentalisée et nos prêcheurs ont délibérément vendu leurs âmes au diable.

« On me croit assez paumée et étourdie pour aller écouter un disque rayé, les semblables de Tarek Ramadan et d’Amr Khaled  me répugnent» ajoutai-je en cherchant mon ordinateur

Je reviens de la cuisine bien ravitaillée, autour de mon ordinateur se trouve un festin. J’allume mon ordinateur, je tape Al Naboulci dans le moteur de recherche de Google, je m’attarde sur sa page Wikipeadia, je cherche sa chaine Youtube, Facebook et Twitter. Je trouve plusieurs de ses livres,  des centaines de  ses conférences. Ses abonnés se comptent par millions. De belles phrases , un discours taillé sur mesure pour la population arabo-musulmane, un louange sur notre passé victorieux, et une médisance sur notre présent sulfureux. Je remarque aussi qu’il ne voyage jamais seul, digne d’une rock star il est entouré par tout un monde. Ses disciples, ses caméramans, ses photographes et ses assistants ; son discours  est bien rodé et longuement travaillé. Il prêche  la parole pas l’acte. Ce prédicateur n’a jamais pris une position  sociale, culturelle, scientifique, économique ou politique, rester apolitique, asocial et ascientifique, est trop facile, aucune prise de risque. Il caresse au sens du poil, ses messages sont inertes,  ses discours sont fluides, superficiels enrobés dans une forme pseudo spirituelle et pseudo scientifique. Pour avoir bien cherché jamais j’ai trouvé une quelconque implication médiatique dans une ONG ou une association caritative.

Je m’intéresse à présent aux profils électroniques de  ses disciples. Ils sont tout le temps assis , mains jointes, yeux baissés, vêtus d’Abayas, barbus,  le visage serré, avec  des traits rudes. Ils sont majoritairement gros, sédentaires chroniques comme leur maitre Al Naboulci. Il tiennent tous le même discours,  ils utilisent les mêmes expressions, les mêmes exemples, cette image me renvoie à ma dernière chronique ou j’ai crée l’Islasie ,on est loin de l’érudition  d’AL RUMI, d’ IBN KHALDOUN, d’ IBN BATOUTA, ou d’AL HAZAN… on est à l’époque de la pseudo érudition de Tarik Ramadan, d’Amr Khaled et d’Al Naboulci,

Je prends mon téléphone pour répondre aux SMS reçus «  Merci d’avoir pensé à m’inviter à écouter cet authentique érudit du nom d’Al Naboulci par ce jour de vendredi »

Amina FEDJER

Résidente en pédiatrie au CHUO