Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Gomorra : la série au sommet pour la saison 3

©D.R.

La fascination que suscite le drame mafieux aux accents Shakespeariens Gomorra ne semble pas décroître avec les années. La série adaptée du roman de Roberto Saviano qui explore les arcanes de la mafia napolitaine, revient avec une troisième saison de haute tenue.

Les deux premières saisons denses et grandioses avaient déjà mis la barre très haut, la saison 3 elle, est tout aussi magistrale.

Exit les tours labyrinthiques de la périphérie, bienvenue dans le dédale de ruelles du centre historique, l‘intrigue se déplace au centre de Naples.

Alerte spoilers !

 Il est impossible de parler de la saison 3 sans en révéler quelques éléments.

Le premier épisode de cette nouvelle saison fait office de transition et conclut l’intrigue en suspens, il débute plan pour plan là où le finale de la précédente nous avait laissés : dans un cimetière napolitain, face au cadavre de Don Pietro Savastano, dont l’assassinat a été commandité par son propre fils Gennaro... Shakespearien, je vous dis.

Un an plus tard, tout en gardant la mainmise sur Naples, Genny s’est installé à Rome avec sa femme et son fils ; Ciro s’est réfugié en Bulgarie, où il travaille avec un boss local.

Mais menacés par d’anciens partenaires et de jeunes mafieux ambitieux, les deux hommes vont à nouveau s’allier, réunis par les circonstances. Genny et Ciro sont déterminés à reconquérir la ville et éliminer leurs ennemis respectifs, mais ils n’en sortiront pas indemnes…

Les retrouvailles entre Genny et Ciro (magnifiquement interprétés par Salvatore Esposito et Marco d’Amore) ont tenu leurs promesses en début de saison, une fois de plus, la série s’appuie sur la dynamique complexe entre ces deux personnages qui ont pourtant bien changé : Genny a mûri et s’est endurci. Quant à Ciro, il poursuit sa descente aux enfers ; l’«Immortel» ne fait que survivre.

Avec la mort brutale du patriarche Savastano et le démantèlement (violent) du clan, il fallait introduire de nouveaux mafieux, créer de nouvelles ambitions pour ceux qui restent ; en arrière-plan donc, certains personnages gagnent en importance comme Don Giuseppe ou Annalisa Magliocca, alias «Scianel» (Cristina Donadio) aidée de la jeune Patrizia.

Il y a aussi Enzo dit « Sang Bleu », chef d’un petit groupe mafieux qui tente de se faire une place dans la criminalité napolitaine aidé par Ciro.

Tous les ingrédients qui ont fait le succès d'hier sont là : les décors kitchs  les femmes couvertes de bijoux, la consommation effrénée. Mais aussi et surtout le goût du pouvoir, les alliances et les trahisons, les fusillades, les règlements de compte et les exécutions barbares.

L'un des rares personnages féminins à évoluer dans ce monde d'hommes aura cette remarque lucide qui pourrait résumer la série: « Ici on ne vit pas. Ici on meurt et puis c'est tout »

Cruelle et réaliste, la saison 3 déroule avant tout, une intrigue construite sur la prise du pouvoir par la jeune génération, ces néo-mafieux seront aussi impitoyables que leurs aînés, et cette saison nous dévoile la part la plus sombre de la Camorra et de ses dirigeants, en explorant notamment d’autres versants de l’organisation mafieuse et la diversité de leurs activités criminelles.                                         

Avec ces nouveaux épisodes, Gomorra s’inscrit un peu plus au panthéon des séries cultes.

La saison 3 impressionne par sa maîtrise, la qualité de son écriture, sa réalisation et son interprétation, dans un crescendo irrésistible, jusqu’au final dévastateur.

La série est d'ores et déjà renouvelée pour une quatrième saison, mais réussira-t-elle la prouesse de rester à son meilleur niveau ? Surmontera-t-elle la disparition d’un personnage aussi emblématique ? On a bon espoir ; Gomorra n’a jamais déçu jusqu’ici.

 

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER