Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Hallucinant !

Les chiffres ont de quoi donner le tournis ! Pas moins de 40 000 actes de violence ont été recensés dans des enceintes scolaires. C’est un chiffre hallucinant avancé par l’inspecteur général du ministère de l’Éducation. Dix jours auparavant, la ministre abondait dans le même sens, avouant que l’école était dans un état critique.
Alors que tous les regards sont braqués sur l’enseignement secondaire, avec l’examen du bac, le palier du primaire est laissé à l’abandon. Pourtant c’est la tranche d’âge qui a besoin d’une écoute permanente par des psychologues et autes conseillers. Si ce type de personnel existait, le drame, qui a endeuillé une école d’El-Biar, n’aurait, peut-être, pas eu lieu.
Les actes de violence sont devenus une pratique quotidienne, un phénomène banalisé à l’extrême que le mal, qui est aujourd’hui si profond, nécessite plus qu’une thérapie, une véritable remise en cause de la politique du nombre, menée à ce jour.
À commencer par les enseignants, tous corps confondus, qui doivent mettre la même énergie et plus de disponibilité au profit des élèves dont ils ont la charge que celles utilisées pour l’amélioration de leur statut. Un acte volontaire de chacun au sein de l’établissement conduira  certainement à la baisse de ces actes qui conduisent à l’incivilité puis à la violence.
La responsabilité des parents est aussi engagée puisque le vivier d’une éducation commence par la cellule familiale. Si cette dernière est disloquée pour plusieurs raisons, il est important de soustraire l’enfant aux désaccords entre adultes. Il est difficile pour l’école d’élever et d’éduquer seule l’enfant. C’est donc une affaire que doivent prendre en main les différents intervenants.
L’État, en tant que pouvoir public et politique, avec ses différents instruments et institutions, est mis en demeure de s’impliquer et de s’engager dans une véritable refonte de ce secteur névralgique porteur de la génération de demain. À commencer par rendre publiques et amorcer la mise en œuvre des conclusions de la commission Benzaghou.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER