Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

HAPPY! : Un ex-flic et une licorne pour sauver une petite fille (Pilote)

©D.R.

Comment transposer pour le petit écran, une petite licorne bleue hantant un tueur à gages ? la chaîne Syfy l’a fait. Mini-série, sortie du cerveau de Grant Morrison, et Darick  Robertson aux dessins, l’adaptation du comic book Happy ! raconte les aventures de  Nick Sax (Christopher Meloni), un ex-flic corrompu reconverti en tueur à gages porté sur l’alcool et les substances plus ou moins licites. Après un contrat qui tourne mal et l’envoie à l’hôpital, il se met à voir une licorne bleue qui se fait appeler Happy, l’ami imaginaire de la petite Hailey kidnappée. Le duo improbable va tout tenter pour sauver la petite fille.

Avec un pitch pareil, Happy! ne laisse pas de place au doute sur ce qui nous attend ; une série un brin déjantée. Syfy a voulu s’assurer que l’on passe une fin d’année colorée et décalée, et on est plutôt bien servi avec ce pilote, dont le script a été écrit par Grant Morrison himself.

Un déluge de scènes barrées, servies par le charismatique Christopher Meloni, impeccable dans son rôle, et aussi un peu par la petite licorne, dans un bleu certes un peu moins brut que dans la BD mais qui fonctionne bien à l’image, doublé par Patton Oswalt, le personnage animé bien que sympathique, est parfois agaçant avec tout son côté caricatural.

S’il y a quelques libertés prises avec la linéarité de l’histoire, Happy! prend quand même soin de représenter le matériel d’origine, l’esprit comic-book de Happy ! est là ; prévue en quatre épisodes comme autant de single issues. Les scènes reprennent chaque passage de la BD à quelques ajustements près, ainsi que l’irrévérence, l’énergie et le délire du comic-book originel, qui sont bien retransmis.

Si la bonne surprise demeure, la réalisation pêche un peu par endroits, on sent des limitations budgétaires dans le rendu final, des errances par ci par là et la photographie n'est pas toujours au mieux.

Un’’ buddy movie’’ improbable et divertissant sans doute pas parfait, mais qui déploie son petit univers aussi énergique que détonant. De quoi finir agréablement cette année.

 

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" 

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER