Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

La Ligue du nihilisme

C’est sans doute l’une des rares choses raisonnables que feu Kadhafi aimait à dire et à répéter : la Ligue arabe est un conglomérat qui ne peut fonctionner. Certes, le défunt maître de Tripoli n’avançait pas forcément les bons arguments pour mettre en évidence le caractère obsolète et illusoire de ladite Ligue, lui qui allait jusqu’à épiloguer — très sérieusement — sur les différences de faciès entre Maghrébins et Omanais pour illustrer la vacuité de toute tentative d’union entre des contrées qui s’étalent d’Afrique du Nord jusqu’en Asie.
Les lubies extravagantes de Kadhafi mises à part, il reste encore de bonnes et de vraies raisons de douter de la capacité de la Ligue arabe à fédérer les peuples de la région autour des défis de l’époque présente. Au-delà d’un bilan peu reluisant qui fait ressortir des faillites en série enregistrées durant plus d’un demi-siècle et qu’illustrent notamment les tiraillements interarabes dont la cause palestinienne continue de faire les frais, les clivages idéologiques, voire religieux ou ethniques restent certainement les facteurs de division les plus probants. La situation en cours au Yémen le démontre : ce sont ces clivages qui sont à la base de la crise qui déchire le pays et ce sont ces mêmes clivages qui viennent de jeter un froid entre Riyad et Alger. Les maîtres du royaume d’Arabie saoudite n’admettent visiblement pas que “l’Algérie sunnite” ne prenne pas part à un effort de guerre contre “le péril chiite” que représente l’Iran et qui agit présentement au Yémen, mais aussi en Irak et en Syrie.
Mais pouvait-il en être autrement, sachant que la dimension ethnique est inscrite dans l’ADN même de la Ligue arabe ? On a beau chercher dans les textes fondateurs de “l’union”, on n’y trouve aucune trace ni nulle référence à quelque valeur universelle à laquelle des citoyens nord-africains ou asiatiques pourraient adhérer sans faire violence à leur appartenance nationale, à leurs spécificités, voire aux principes de politique étrangère de leurs États respectifs.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER