La nuit des idées à Alger

©D.R.

Je voudrais vous parler d’une nuit où se mêlent ivresse de savoir et synergies d’esprit, merveilleusement dénommée : la Nuit des Idées !

« La Nuit des Idées » comme événement, à proprement dit, est une initiative des nombreux Instituts français à travers le monde qui, je cite : « célèbre la circulation des idées entre les pays et les cultures, les disciplines et les générations ». Cette nuit qui revient chaque dernier jeudi du mois de janvier, regorge de conférences, concerts, débats et performances artistiques en tout genre, qui, au fil des fuseaux horaires, traversent les frontières et s’immiscent dans les lieux les plus prestigieux comme les plus inattendus de ce monde.

Dans le cas de notre cher pays, la manifestation est ton cours à ses débuts. Timide mais prometteuse qu’elle était lors de sa première édition en 2017, la Nuit des Idées est revenue plus enthousiaste que jamais pour nous jouer son deuxième numéro en ce début d’année 2018. Pour l’instant, on ne la célèbre qu’à Alger mais son écho retentissant pourrait bien charrier toutes les grandes villes dans un effet boule de neige qui ne sera réussi que grâce à la communication.

Car, loin de là pour moi de faire l’éloge d’une quelconque culture française propagée par quelconque institut français dans un pays qui se cherche encore. Non.  Tout au long de cette nuit, dès les premières lugubrités de 18h aux cieux étoilés de 2h du matin, les horizons de cultures différentes se mêlent pour nous rappeler à chaque instant de la cosmoplitisme qui règne au sein même de notre contrée.

Durant cette deuxième édition qui avait pour thème ; « l’imagination au pouvoir », tout était propice à l’éveil reluisant et au développement incessant de notre imaginaire. Cela débuta par une exposition-débat autour de l’architecture contemporaine dans le monde où les architectes redoublent d’ingéniosité créative pour extirper de leurs imaginaires les formes les plus fascinantes. Plusieurs expositions, tables rondes et projections prirent place ensuite dans différents lieux de savoir à travers la capitale, venant agir comme des amuse-gueules sur nos esprits encore insatiables de savoirs avant les entrées, le plat principal et les desserts de la soirée.

Une pièce de théâtre, un aperçu sur le pouvoir de l’imagination présenté par des jeunes et un interlude musical des plus folkloriques épicèrent par la suite tout ces mets exquis qui menaient nos esprits vers la délectation et la volupté nécessaires au plat de résistance de la soirée ; une lecture à voix haute dans une ambiance soigneusement feutrée à l’enceinte de la médiathèque de l’institut français et ayant pour thème : « Viens, je te lis mon imaginaire ! ».

L’esprit de la « Nuit des Idées » atteint alors son paroxysme en nous révélant sa quintessence ; n’importe qui le souhaite, tout être et toute âme présents, peuvent prendre la parole pour lire un texte, nous exposer son imaginaire et parler, parler consciencieusement de ses idées, les idées avec lesquelles il compte changer le monde. Au gré des histoires évanescentes, des poèmes sibyllins et des anecdotes rocambolesques, les esprits de chacun, suavement enveloppé dans l’atmosphère si particulière créée par les protagonistes de la Nuit des Idées, s’élèvent délicatement vers le ciel étoilé, immaculé de l’hiver algérois, s’éloignant, le temps d’une nuit, des vicissitudes mortifères de l’existence qu’ils espèrent chasser et enterrer loin de notre chère Algérie !

Je vous invite donc vivement à assister à ce genre d’évènements qui contribuent à l’épanouissement de l’âme de chacun.

Aïmen LAIHEM

Partenariat Réd-DIG-"Liberté" (#RDL)/NOMAD (EPAU)