Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Mémoire et fidélité

C’est dans une ambiance sereine, festive et empreinte de souvenirs
et d’émotion que la Kabylie a célébré hier le 20 Avril. À Béjaïa, à Tizi Ouzou, à Bouira et à Boumerdès, ils étaient des milliers à faire grève, à manifester ou à signifier aux fossoyeurs de l’identité nationale que, 35 ans après, la mobilisation reste intacte et que l’adhésion aux valeurs qui ont fondé le Printemps berbère demeure inchangée en dépit de toutes les tentatives de déstabilisation, de dévoiement et de pollution de la scène politique locale. Il faut dire que celles-ci n’ont pas manqué. Cette année encore, partout à travers la région, la mémoire et la fidélité auront été au rendez-vous.
Hier, contrairement à l’année dernière qui a vu la célébration du 20 Avril “souillée” par une répression policière sauvage, les forces de sécurité ne se sont pas déployées à Tizi Ouzou et étaient peu visibles à Béjaïa. C’est sans doute au choix. S’agissait-il de “laisser librement s’affronter” les différentes tendances politiques qui avaient annoncé leur intention de battre le pavé simultanément, pour assener un nouveau coup bas à un mouvement dont on sait qu’il dérange ? Si tel était l’objectif de cette stratégie d’“ordre public” plutôt inédite, le flop est cinglant. Il ne s’agit pas de se laisser aller à un quelconque procès d’intention ou de succomber à une des lectures paranoïaques, mais il faut bien relever ce grand écart entre l’approche franchement répressive de 2014 et l’effacement (permissif ?) de cette année. Qu’à cela ne tienne : aucun incident n’a été enregistré, et c’est sans doute cela qu’il convient de retenir au premier chef.
D’autres souligneront, peut-être, “une célébration en rangs dispersés”, un fait qui, on le sait, découle d’une diversité d’opinions déjà assumée dès les premières heures du Printemps berbère. Ce qui n’a pas empêché celui-ci de marquer des points, d’engranger des acquis et de demeurer encore une source d’inspiration pour les jeunes générations et d’espoir et de résistance pour les moins jeunes.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER