Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Que vaut "Life Sentence", la nouvelle série guimauve de CW ?

©D.R.

Stella Abott (Lucy Hale, ex Pretty Little Liars), une jeune femme atteinte d’un cancer en phase terminale, apprend qu’elle est finalement guérie! Après avoir vécu chaque jour comme si c’était le dernier, Stella est à présent «condamnée à vivre». Mais son bonheur est de courte durée ; à peine a-t-elle appris l’heureuse nouvelle que sa famille implose. Elle va découvrir que tout le monde lui mentait afin de la protéger et pour l’aider à aller mieux.

Le plus dur commence alors pour elle...

Stella doit dès lors réévaluer toutes les décisions qu’elle a prises quand elle pensait qu’elle n’avait plus longtemps à vivre, sa vie et ses attentes, mais elle va devoir aussi composer avec les états d'âme de ses proches et réapprendre à les connaître.

Est-ce qu'on diagnostique un top ou un flop à Life Sentence ? C'est encore un peu trop tôt pour se prononcer, mais une chose est sûre; Life Sentence n’a rien de révolutionnaire et ne marquera probablement pas l'histoire de la télévision. Elle est juste une série qui vous changera les idées pendant 42 minutes.

Si vous voulez de "l'action" dans Life Sentence, vous n'allez pas être déçus...C'est ainsi qu'en un seul épisode ; notre jeune miraculée apprend que ses parents (Gillian Vigman et Dylan Walsh : Nip/Tuck) sont au bord de la rupture, que la maison familiale doit être vendue à cause des frais médicaux, que sa sœur est malheureuse et que son frère ;  irresponsable, enchaîne les conquêtes et histoires catastrophiques grâce à "la carte du cancer"… Et puis il y a Wes (Eliott Knight : American Gothic), un Britannique avec qui elle s'est mariée sur un coup de tête à Paris, et qui n'a eu de cesse de lui mentir sur ses goûts et sur sa façon de vivre pour la rendre heureuse.

Bien évidemment, la série dégouline de bons sentiments et est mielleuse à souhait. La mise en scène, un peu trop caricaturale est noyée sous une voix off un peu soûlante, une bande-son pop édulcorée et des personnages inoffensifs.

Le script n’est pas brillant et la réalisation est loin d'être transcendante, elle n’est pas s’en rappeler les téléfilms diffusés les après-midi sur M6.                                                                                                            

Ce manque de maîtrise est peut-être dû au fait que son duo de showrunners, Erin Cardillo et Richard Keith (Significant Mother), est encore relativement novice dans le game.

 

Est-elle superficielle ? Oui, l’histoire reste pour le moment en surface et manque de personnalité. Mais entre l’accumulation de mensonges et de secrets autour de Stella, les intrigues de chacun des personnages et les choix qu'elle a pu faire en se pensant condamnée, le pitch ; original de Life Sentence ne semble être qu’un point de départ pour développer autrement l’histoire et creuser un peu plus les choses. On croise les doigts pour que ça arrive, la série risquerait sinon, de tourner en rond et de tomber dans la prévisibilité.

Life Sentence semble donc bien partie pour devenir une petite série mignonne avec un point de départ intéressant. Mais pour l’instant, on est encore très loin de Crazy Ex-Girlfriend ou Jane the Virgin qui sont des comédies créatives et pétillantes de la même chaîne. Il sera difficile pour Life Sentence d’atteindre ce niveau, mais on lui laisse encore quelques épisodes pour nous surprendre.

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL)

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER