Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

Riez, vous êtes enregistrés !

©D.R.

Le rire étant communicatif, pourquoi ne pas filmer des sitcoms en public et enregistrer les rires des spectateurs ?

Vous n’avez sûrement jamais compté, le nombre de fois où un rire enregistré vous a notifié qu’il serait temps de vous esclaffer. Jusqu’au milieu des années 1990, c’était  l’élément essentiel de la sitcom. Un épisode de Friends par exemple, cumule trois minutes non-stop de rires qui ne sont pas les nôtres. Et là on se dit, on aurait quand même pu pouffer tout seul face à ces sitcoms ? Pas si sûr. Des internautes se sont amusés à retirer les rires de Friends ou The Big Bang Theory et… sans eux,  les séries ressemblent plutôt à un mauvais film français ;  un  malaise s'installe chez le téléspectateur.

Un vrai public, de vrais rires

Les rires qu'on entend dans The Big Bang Theory, Mon Oncle Charlie ou Friends proviennent de personnes bien réelles, qui viennent assister au tournage du show.

Après s'être inscrit gratuitement au tournage d’une sitcom via des sites web, le public est invité dans les studios de production, où les acteurs tournent leurs scènes.
Avec à peine une petite centaine de places, les heureux élus sont  conditionnés à glousser à bon escient. Un chauffeur de salle est là pour les divertir et leur expliquer comment se passe le tournage.

Lorsqu'une scène nécessite un tournage séparé (extérieur...) elle est projetée au public et leur  rire peut être alors enregistré et rajouté à la scène. En post-production, des rires peuvent encore être modifiés, homogénéisés, amplifiés, en fonction des effets voulus par le réalisateur.

Une sitcom comme How I Met Your Mother est tournée sans public, mais l'épisode une fois tourné,  est projeté devant des spectateurs ; c'est là que leurs rires sont enregistrés, avant la diffusion de l'épisode à la télévision.

Mais filmer un épisode entier devant un public n’est pas possible pour toutes les séries ; les rires proviennent aussi d’une bibliothèque sonore ; la « boîte à rires ».

Ce concept n’est pas nouveau. Il remonte aux années 50, création de l’ingénieur Charley Douglass qui les employa pour la première fois dans l’émission The Hank McCune Show dans le but d’améliorer la bande-son.

« Les enregistrements sonores de rires, sont ajoutés à la bande son d'une production télévisuelle pour reproduire ceux qui auraient été audibles si celle-ci avait été tournée devant un public »

Plus besoin donc de tourner en public, tous les rires sont là, classés par âge, genre et style, actionnables d’une simple pression du doigt.

Très utilisés jusque dans les années 1980, ils seront remplacés par des ordinateurs plus perfectionnés. Dans les années 2000, la boîte à rires disparaît quasi totalement.

Public ou machine, quel est l'intérêt de ces rires ?

Le public est là pour guider ;  le réalisateur, le scénariste et les acteurs ont donc lors du tournage, l'occasion de découvrir la réaction du public, étant les premiers à visionner l'épisode. Le public n'a pas assez ri? Les scripts sont modifiés en fonction de ces réactions, afin de rendre les épisodes plus comiques.

Les rires sont aussi là pour rythmer les épisodes ; sans eux, l'intrigue ne serait pas perçue de la même manière par les téléspectateurs.

A une époque où, les séries humoristiques sont plus cinématographiques, plus complexes avec des personnages différents, moins sympathiques, quelques séries humoristiques résistent encore, mais pour combien de temps …

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" 

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER