Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

blog / ACTUALITÉS

"Young Sheldon" : mon avis sur le pilote de "The Big Bang Theory"

©D.R.

Sheldon Cooper, 9 ans, fait sa rentrée des classes… au lycée. Tel est le pitch du pilote de Young Sheldon, le spin-off/préquelle de The Big Bang Theory, la sitcom phare de CBS.

Chuck Lorre nous propose ce show sur l’enfance de Sheldon Cooper (Jim Parsons), alias le plus geek des geeks de l’histoire des geeks.

On débriefe le pilote !

On zappe la Californie, direction le Texas, au beau milieu des 80’s plus précisément. Puisqu’en plus d’être un spin-off, Young Sheldon est une préquelle qui nous entraîne dans l’enfance du personnage du même nom. C’est ainsi l’occasion d’en apprendre davantage sur l’enfance du petit génie et de sa famille, le tout, narré par la voix off de Jim Parsons himself.

Première surprise ; Young Sheldon n’est pas seulement réservée aux initiés. Certes, quelques références à The Big Bang Theory sont de la partie, mais la série pourrait intéresser ceux qui ne connaissent pas le show de CBS.

Autre  surprise ; la série, ne s’agit pas d’une sitcom multi-caméra (c’est-à-dire filmée devant un public) – comme sa grande sœur –, Chuck Lorre s’essaie à un autre format. Exit  les décors en studio et les rires enregistrés, le showrunner opte pour la comédie single-camera, et une manière de filmer, plus classique (Jon Favreau est derrière la caméra pour ce pilote).

Une autre approche qui mise sur les sentiments et l’émotion.

Un pilote plus touchant que drôle

Si vous pensiez rire aux éclats en retrouvant Sheldon version enfant, vous risquez d'être déçu ; Young Sheldon fait dans le sentiment, et ça dégouline un peu. Le pilote tombe aussi un peu dans l’overdose d’humour lourd.

Et c’est là qu’on s’inquiète un peu de la direction que pourrait prendre le show ; une banale petite série familiale, sympathique et inoffensive.

Dès ce pilote, Chuck Lorre insiste sur les relations entre le jeune surdoué et sa famille; des personnages très différents les uns des autres ;  La maman (Zoe Perry) très attachante en mère protectrice qui, avec son fils forment une paire parfaite. Le père (Lance Barber), un peu dépassé, qui n'arrive pas à être proche de son fils, le frère aîné (Montana Jordan) un peu benêt, et l’adorable sœur jumelle de Sheldon, Missy au caractère bien trempé.

Le bluffant petit Iain Armitage

On l'avait découvert dans Big Little lies, l'hiver dernier. Et il était déjà impressionnant. Ici le jeu de Iain Armitage le rend touchant et crédible dans son rôle du petit Sheldon, qui n’a presque rien à envier à l’adulte.

Le problème avec les préquelles, c’est qu’on sait déjà comment ça va finir, et Young Sheldon n’échappe pas à la règle.

On sait par exemple que Sheldon va finir à Caltech. Que son père mourra d'une crise cardiaque, avant ses 15 ans. Et qu’il ne réussira jamais à se rapprocher de sa sœur, ni de son frère. Tout cela rend un peu difficile au spectateur de s’investir.

Loin d'être indispensable mais moins mauvais que redouté, le pilote de Young Sheldon, se rapproche finalement plus d’un Atypical que de The Big Bang Theory et prend des airs de Malcolm sous Xanax

Mais on garde espoir pour que tout cela soit corrigé avec le temps ; après un très bon démarrage, le show a profité d’une commande de 9 épisodes supplémentaires pour proposer une saison complète de 22 épisodes.

Et  puis parfois, des séries bienveillantes comme celle ci, ça fait du bien.

Young Sheldon reprendra sa diffusion sur CBS aux States dès le 2 novembre prochain.

Nina SAHRAOUI

Blogueuse à la Rédaction Digitale de "Liberté" 

"Atteinte de sériephilie aigüe, et d’une ambition, assez inquiétante pour mon temps de sommeil et ma vue, de vouloir sans cesse renouveler les frontières de ma curiosité télévisuelle, en m’engloutissant des séries de façon boulimique."

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER