Scroll To Top

L’Algérie profonde / Centre

Développement local à Bouira

14 milliards de dinars octroyés

© D.R

La wilaya de Bouira vient de bénéficier d'une enveloppe budgétaire estimée à 14 milliards de dinars, soit 1 400 milliards de centimes, rentrant dans le cadre du développement local, a indiqué le premier magistrat de la wilaya au terme de la clôture de la première session de l'Assemblée populaire de wilaya (APW). 

En effet et dans l'objectif du redémarrage de certains projets et du lancement d'autres, notamment dans les secteurs des travaux publics, l'éducation, l'aménagement urbain et les ressources en eau, que le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales et sur la base de la demande exprimée par les autorités locales, a procédé à l'octroi de cette cagnotte. Dans le détail et concernant la répartition de cette somme, le secteur des travaux publics, se taille pour ainsi dire la part du lion avec pas moins de 450 millions de dinars. Ainsi, il est programmé la réfection des chemins de wilaya (CW), 21, 93, 62 et 127. Ainsi et pour ce qui est du CW 21, reliant la commune d’El-Hachimia (sud-ouest de Bouira) aux localités voisines de Gora et Ouled El-Hadj Ali, il se trouve dans un état de dégradation des plus avancées. En effet, les routes, menant vers les diverses localités de la région, sont jonchées de nids-de-poule et de crevasses. Leur réhabilitation sera une bouffée d’oxygène. Idem pour le CW 93, reliant Guerrouma à Lakhdaria. S’agissant du phénomène des glissements de terrain qui affecte certaines communes de la wilaya, une enveloppe de 300 millions de dinars a été accordée dans le but de permettre d’entamer les travaux nécessaires. Ainsi, lors de l’hiver dernier, plusieurs affaissements de terre ont été recensés, notamment dans la localité de Hadjita, relevant de la commune de Djebahia (ouest de Bouira) et à Selloum, dans la commune d’Aghbalou et Achabou et dans la municipalité de Saharidj, 60 kilomètres à l’est de Bouira. D’ailleurs, le 7 février dernier, le wali de Bouira, s’était rendu dans les localités de Selloum et Aghbalou, où il avait tenu à rassurer la population. Le secteur de l’aménagement urbain n’est pas en reste, puisqu’une cagnotte de plus de 300 millions de dinars lui a été allouée. Il est vrai que l’aménagement au sein de la plupart des communes de la wilaya reste très en deçà des attentes.  Au  chef-lieu de la wilaya, le parfait exemple de cette détérioration est sans conteste le boulevard Zighout-Youcef, l’une des principales avenues de cette municipalité. Cette artère est livrée aux immondices et autres déchets en tout genre, qui s’amoncellent sur tout sa longueur. Les décharges d’ordures ménagères débordent et les bennes à ordures sont pleines à craquer. Les secteurs de l’éducation ainsi que des collectivités locales, ont également bénéficié de respectivement 200 et 100 millions de dinars dans le cadre du développement local. Pour ce qui est de l’éducation, il est programmé la réfection et la réhabilitation de plusieurs établissements du moyen et de secondaire. Les parcs communaux quant à eux devraient être renouvelés et bénéficier de nouveaux équipements. Par ailleurs et dans le cadre de l’assainissement du foncier agricole entamé par les services de la direction des services agricoles (DSA) sur instruction du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, pas moins de 220 hectares ont été récupérés, a précisé le wali de Bouira. Selon ce dernier, la commission en charge de la redistribution de ces terres selon un cahier de charges bien déterminé, n’a pas encore statué. “Étant le président de cette commission, je peux assurer aux citoyens de la wilaya qu’aucune terre n’a été affectée et les bénéficiaires seront exclusivement de la wilaya de Bouira”, a-t-il soutenu. Selon M. Limani, les bénéficiaires devront répondre à un cahier des charges à “obligation de résultats”. “Les bénéficiaires seront soumis à une obligation de résultats et de rendement (…) on ne peut plus se permettre de dilapider la terre”. Selon les estimations de certains experts, la wilaya de Bouira possède plus de 1200 hectares qui sont en jachère.


RAMDANE BOURAHLA   


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER