Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Algérie Profonde

Bréves du Centre

ALRECC de Béjaïa : Les retraités réclament leurs indemnités
 Les retraités de l’Entreprise algérienne de réalisation et de construction du centre ALRECC (ex-Entreprise de préfabrication légère et d’aluminium (EPLA) de la wilaya de Béjaïa, ne savent plus à quel saint se vouer. Et pour cause le non-paiement de leurs indemnités de départ à la retraite et autres indemnités, sociales. Le collectif de ces retraités, qui s’est déplacé, dernièrement, à notre bureau, se dit las d’attendre le versement de leurs indemnités de départ à la retraite ainsi que celles relatives aux indemnités sociales de 15 000 DA ainsi que la prime de scolarité. “Nous sommes neuf retraités à attendre le paiement de notre indemnités de départ à la retraite ainsi que les 15 000 DA de la prime d’aide sociale et les rappels de la prime de scolarité depuis le 30 octobre 2016, date de notre sortie en retraite”, nous a déclaré l’un des membres de ce collectif des retraités d’ALRECC. Et d’ajouter : “Le directeur de l’unité de Béjaïa, où nous avons exercé toute notre carrière, nous invoque chaque fois le problème de la trésorerie de l’entreprise, et que c’est au groupe de nous verser toutes nos primes.” Le collectif a saisi par écrit le directeur général du groupe ALRECC mais sans résultat. Celui-ci se contente, signale-t-on, d’honorer les salaires des employés de ses trois unités, Alger, Béjaïa et Oran. Le collectif des retraités de l’unité de Béjaïa se dit déterminé à porter l’affaire devant la justice, si leur ex-employeur n’honore pas le versement de toutes leurs indemnités dans les meilleurs délais. “Ce ne sont pas les versements de nos indemnités de fin de carrière qui vont ruiner l’entreprise”, juge-t-on.
L. OUBIRA

HASSI R’MEL (LAGHOUAT) : Pratiques frauduleuses et commerçants indélicats
Face au phénomène qui ne cesse de prendre de l'ampleur à Hassi R’mel dans la wilaya de Laghouat, ayant trait à la fermeture de certains magasins à usage commercial par leurs occupants, dès que des brigades de contrôle et d'inspection des fraudes sont signalées dans certains secteurs et quartiers de la ville, les citoyens de Hassi R’mel, chef-lieu de daïra situé à quelque 125 km au sud de Laghouat, attendent de la direction de la concurrence et des prix, par le biais de ses agents, d’effectuer des contrôles continus, afin de traquer ces commerçants indélicats, par le recours à tous les moyens administratifs mis à leur disposition.
Dernièrement tous les commerçants ont baissé le rideau, dès qu’ils ont été alertés par le passage des agents de la DCP. Quelques-uns de ces marchands et commerçants exercent sans registre du commerce et tentent par tous les moyens d’écouler les marchandises qu'ils achètent sans factures et c’est pour cela qu’ils fuient les contrôles. D’autres pratiques concernant l’usage des prix contraire à la législation et la réglementation en vigueur sont signalées. Pis encore, des produits de large consommation, dont la date de péremption est largement dépassée, sont écoulés. En riposte à ce genre de pratiques frauduleuses, l'administration concernée se doit d'appliquer les sanctions relatives à de telles pratiques. Comme nous l’avons appris, les inspecteurs et contrôleurs des prix et de la qualité ont, dans un passé récent, effectué plusieurs descentes qui ont été sanctionnées par des procès-verbaux de contraventions et de fermeture de locaux à usage commercial pour diverses infractions relatives au code du commerce, portant notamment sur le non-respect des règles d’hygiène, l’absence de registre du commerce, défaut d’affichage des prix et  commercialisation de marchandises périmées.
BOUHAMAM AREZKI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER