Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

L’Algérie profonde

BRÈVES du Centre

©D. R.

Aomar (Bouira ) : Les bénéficiaires des 120 logements sociaux protestent
Les bénéficiaires des 120 logements sociaux de la commune d’Aomar, 25 km à l’ouest de Bouira, ont protesté, hier, devant le siège de l'OPGI, afin de réclamer leurs clefs, qu'ils attendent depuis plus de 24 mois. En effet, c’est en février 2016 que la liste des bénéficiaires a été affichée et depuis… plus rien ! “Le 23 février 2016, la liste des bénéficiaires a été rendue publique et nous devions patienter jusqu’au mois de juin de la même année pour habiter dans nos demeures (…) depuis, c’est le silence radio”, expliquera Hocine, l’un des bénéficiaires contestataires. Selon notre interlocuteur, le P/APC d’Aomar et le chef de daïra de Kadiria se renvoient la balle en justifiant ce retard par l’étude des recours. “Il est inconcevable qu’une commission de recours pour seulement 120 logements puisse mettre une année et demie pour statuer”, a-t-il fait remarquer. Pour lui, cette situation est devenue “invivable”. “Nous sommes dans l’attente depuis plus d’une année et demie. On nous a promis que la remise des clés se fera en mai, puis juillet et enfin août derniers. C’est absurde !”, s’est-il emporté. Pour d’autres manifestants, la saison estivale approche à grands pas et selon eux, il serait “criminel” de la part des autorités publiques de les laisser dans leurs taudis de fortune. “Nous voulons savoir exactement à qui nous devons nous adresser pour pouvoir enfin occuper nos logements… Nous louons des appartements depuis février 2016, date de l’affichage de la liste des bénéficiaires et la période des recours est arrivée à terme. Pendant ce temps, nos logements restent fermés alors qu’ils sont prêts et ne demandent qu’à être occupés”, affirment-ils. Lors de notre passage sur les lieux, il a été fait état que ces logements sont achevés à 100% mais ne sont toujours pas raccordés ni au gaz ni à l’électricité. Pourtant les compteurs d’eau et de gaz ont été placés par les services concernés et il ne reste plus que le raccordement final.

RAMDANE BOURAHLA

Maâdid (M’Sila) : Les villageois d’Ezitoun ont soif
La pénurie d'eau potable, dans le village Ezitoune dans la commune de Maâdid, à 35 kilomètres du chef-lieu de la wilaya de M’sila continue à frapper de plein fouet les habitants qui connaissent, depuis belle lurette, les affres du manque d'eau potable sur les réseaux de distribution. “L'eau potable ne coule pas régulièrement dans nos foyers. Il arrive qu'elle soit disponible une fois tous les deux mois ! Cette pénurie nous pousse à l'achat de citernes d'eau qui n'est toujours pas potable, et ce, à 800 DA. Cette situation perdure depuis des années. Selon les villageois, Ezitoun compte plus de 12 000 habitants. C’est la plus grande agglomération de la commune de Maâdid. Mais, elle est sans eau potable depuis 60 jours. Pour les responsables locaux, le manque de moyens financiers pour réparer ou acquérir une nouvelle pompe a retardé l’alimentation des villageois en eau potable. Et une solution a été trouvée pour la remise en service, dans les prochaines heures, de l’eau potable.

Chabane BOUARISSA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER